Encore le feu sacré

Bryan Murray.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Bryan Murray.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bryan Murray n'est vraiment pas prêt à quitter les Sénateurs d'Ottawa.

Quand il s'est installé au podium pour sa traditionnelle conférence de presse de fin de saison, hier, le directeur général septuagénaire s'est empressé de préciser un truc: il sera bien en poste l'automne prochain.

«Je vais continuer, promet-il. J'ai parlé à mes médecins. J'ai parlé à ma famille. J'ai parlé au propriétaire de l'équipe. Si ma santé tient bon, j'aimerais demeurer en poste. Ce serait mieux que de passer mon temps sur le divan à la maison.»

Murray voudra donc que la saison 2015-16 se déroule sous le signe de la continuité. Son premier dossier de la saison morte sera de prolonger l'entente qui lie l'organisation à son entraîneur-chef.

Dave Cameron n'a jamais vraiment eu à s'en faire. Il n'a jamais eu à faire ses preuves dans un rôle d'entraîneur intérimaire. Lorsqu'il a remplacé Paul MacLean, en décembre, Murray lui a accordé une permanence.

Son contrat actuel est encore bon pour 14 mois.

«J'ai parlé à mes médecins [...] à ma famille [...] au propriétaire de l'équipe. Si ma santé tient bon, j'aimerais demeurer en poste.»

- Bryan Murray

Murray est prêt à s'engager avec lui pendant encore plus longtemps.

«J'ai déjà reçu une offre», a révélé Cameron quand il s'est présenté devant les journalistes, environ 30 minutes avant Murray, hier matin.

«L'offre m'attend sur la table de la cuisine à la maison. Je n'ai même pas encore pris le temps d'ouvrir l'enveloppe. L'organisation des Sénateurs m'a toujours traité de façon correcte. Je ne vois pas pourquoi ça changerait.»

On peut s'attendre à ce que le nouveau pacte soit signé dans les prochains jours.

«Depuis le début de ma carrière dans le coaching, je n'ai jamais vraiment eu besoin de négocier. Je n'ai reçu que des offres honnêtes.»

Cameron, qui est âgé de 56 ans, n'a pas raté sa première impression derrière le banc d'une équipe de la Ligue nationale de hockey. Il a permis à son équipe de conserver une fiche plus que respectable de 31-15-9 dans les 55 dernières parties de la saison régulière.

En fin de saison, tous ses joueurs n'avaient que de bons mots pour lui. Dans la continuité, il pourrait quand même y avoir quelques changements.

Cameron devra d'abord embaucher un nouvel adjoint. Ce dernier aura la tâche de succéder à Mark Reeds.

La solution facile pourrait être de se tourner vers Steve Stirling.

Très populaire auprès des joueurs qui sont passés par Binghamton, cet entraîneur d'expérience a travaillé à Ottawa durant la première ronde des séries éliminatoires.

UNE PLACE DE CHOIX POUR ALFIE

Daniel Alfredsson pourrait se greffer à la direction des opérations hockey des Sénateurs dans les prochains mois. À ce chapitre, rien de neuf. On comprend que la balle est dans son camp.

Sans lui offrir un poste bien précis, Murray lui a ouvert tout grand une porte. «Si Alfie souhaite s'impliquer auprès de nous, s'il désire nous donner un peu de son temps, nous serions bien heureux de lui enseigner un truc ou deux au sujet de la gestion quotidienne d'un club de hockey.»

Murray a répété qu'il aimerait bien choisir lui-même son successeur.

Selon le contrat qu'il a paraphé à l'hiver 2014, il devrait en principe entreprendre l'automne prochain sa dernière campagne à titre de directeur général.

Entre 2016 et 2018, il pourrait s'effacer graduellement, en faisant la transition vers un poste de conseiller spécial à la direction.

«Je m'appuie beaucoup sur mes adjoints Pierre Dorion et Randy Lee. Ils seront donc bien placés quand je serai prêt à passer le flambeau», indique Murray.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer