Impatient de rejouer

Incommodé par une blessure au dos, Chris Phillips... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Incommodé par une blessure au dos, Chris Phillips n'a plus joué depuis sont fameux 1179e match en carrière.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chris Phillips a la ferme intention de revenir au jeu la saison prochaine.

Ce sera un défi colossal. Il en est parfaitement conscient.

Le très loyal et fiable défenseur a disputé son dernier match le 5 février. Un mois et quatre jours plus tard, il a soufflé 37 bougies.

Un mois et 12 jours après sa fête, il a subi une opération assez délicate au dos.

Hier, il s'est enfin présenté dans le vestiaire pour parler de sa blessure. Et pour jurer à tous ses détracteurs que sa carrière n'est pas terminée.

«Jouer dans la LNH devrait être plus facile l'an prochain que cette année. J'ai passé les derniers mois à travailler avec un dos en compote. Les médecins sont rassurants. Ils disent qu'ils ont réglé mes problèmes. Je serai donc en mesure de reprendre l'entraînement bientôt. Je serai prêt à la fin de l'été», assure-t-il.

Les problèmes de dos de Philips étaient de type nerveux. Certains jours, le vétéran pouvait ressentir de la douleur jusque dans les jambes.

L'opération qu'il a subie «ressemble beaucoup à celle qu'a subie Daniel Alfredsson il y a quelques années», soutient-il.

Alfie s'est retrouvé sur la table d'opération au printemps 2011. Il a été capable de prolonger sa carrière de trois années par la suite.

Phillips, lui, aimerait au moins honorer la dernière année de son contrat.

«Il n'a pas été facile pour moi de mettre une croix sur la fin de la saison 2014-15. La remontée miraculeuse de mes coéquipiers m'a remonté le moral. J'étais super excité, mais j'étais pratiquement réduit à un rôle de partisan.»

«Ce n'était pas complètement désagréable, mais j'aurais été bien plus à l'aise si j'avais pu jouer. Et j'ai vraiment l'intention de jouer l'an prochain.»

Phillips détient le record absolu de longévité avec les Sénateurs. Son dernier match fut le 1179e de sa carrière.

Pour poursuivre - et possiblement compléter - sa carrière à Ottawa, il devra reconquérir certains dirigeants de l'organisation.

Mark Borowiecki et Patrick Wiercioch ont profité de son absence pour gagner des postes à temps complet sur le côté gauche.

D'autres jeunes défenseurs poussent en ce moment au sein de l'organisation. Ces jeunes pourraient, plus tôt que tard, le pousser vers la sortie.

Phillips ne sera d'ailleurs pas le seul joueur dans cette situation.

Au dernier jour de la saison 2014-15, on compte 27 joueurs - 16 attaquants, huit défenseurs ainsi que trois gardiens - à Ottawa.

Lors de la soirée d'ouverture de 2015-16, il n'en restera pas plus de 23.

À l'attaque, Colin Greening, David Legwand, Chris Neil et Zack Smith pourraient avoir du mal à conserver leur poste.

Condra «verra bien»

Erik Condra se retrouve aussi dans une position précaire. Il sera joueur autonome sans compensation en juillet. S'il n'est pas capable de se débarrasser d'autres joueurs de moindre talent, Bryan Murray pourrait simplement se résoudre à laisser l'honnête travailleur partir.

«J'aimerais beaucoup rester, a-t-il dit hier. Je crois avoir ma place dans ce groupe de bons jeunes joueurs. Jean-Gabriel Pageau, Curtis Lazar et moi avons formé un troisième trio de très haute qualité en fin de saison. Toutes les équipes qui aspirent vraiment à la victoire doivent miser sur un bon troisième trio.»

«On verra bien comment les choses vont évoluer», complète le jeune père de famille.

Le directeur général Bryan Murray rencontrera la presse ce matin. Il aura peut-être des réponses à offrir aux journalistes.

sstlaurent@ledroit.com

« Je n'ai jamais traversé une séquence du genre. Pendant les 35, 40 et même 50 parties, je me sentais très bien. Puis, j'ai frappé un mur. Je crois bien que je vais passer l'été au grand complet à essayer de comprendre ce qui m'est arrivé dans les 15 ou 20 dernières parties de la saison. »

Bobby Ryan

« Dave Cameron a fait bien des choses correctement. Il nous a donné des journées de repos quand nous en avions besoin. Il a bien défini les rôles de chaque joueur. Il a su créer les bonnes combinaisons entre joueurs. Il connaît et il comprend vraiment bien son équipe. »

Kyle Turris

« Ma première saison en tant que capitaine a été plutôt facile. Tout s'est déroulé correctement. Plusieurs joueurs m'ont épaulé. Des leaders se sont levés dans les quatre coins du vestiaire. »

Erik Karlsson

« La confiance, si je pouvais en acheter, j'aurais vraiment dépensé beaucoup d'argent là-dessus cette année. Je suis triste de ne pas avoir été capable de marquer davantage à ma première saison à Ottawa. Si nos troisième et quatrième trios avaient contribué davantage à l'attaque, je pense qu'on jouerait encore en ce moment. Il ne faut pas toujours se fier aux mêmes joueurs pour marquer. La balle est dans mon camp. »

Alex Chiasson

« Ça me fait un peu rire, quand je pense à tous ces gens qui doutaient de nous en début de saison. J'imagine que ça se passe comme ça dans le hockey. En fin de compte, les Sénateurs ont misé sur trois duos défensifs solides. Des duos fiables. Nous avons connu beaucoup de succès. Nous n'avons peut-être pas connu autant de succès que nous aurions souhaité, mais c'est un bon départ. »

Mark Borowiecki

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer