Craig Anderson: «Ottawa, c'est chez moi»

Craig Anderson espère de tout son coeur qu'il... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson espère de tout son coeur qu'il fera partie du tandem de gardiens d'Ottawa en 2015-2016. Il pourrait difficilement s'exprimer plus clairement.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois gardiens ont ramassé leurs effets personnels, mardi, dans le vestiaire des Sénateurs d'Ottawa au Centre Canadian Tire. Ils ne pourront pas tous revenir à la fin de l'été.

Dans la capitale comme ailleurs, deux gardiens, c'est amplement suffisant.

Craig Anderson espère de tout son coeur qu'il fera partie du tandem d'Ottawa en 2015-2016. Il pourrait difficilement s'exprimer plus clairement.

À 33 ans, il est le plus âgé et le plus expérimenté du groupe. Ces deux caractéristiques ont fait de lui le candidat de choix quand les Sénateurs ont lutté pour leur survie dans les dernières séries éliminatoires.

Ces deux caractéristiques pourraient-elles lui nuire, maintenant?

Les Sénateurs pourraient se tourner vers l'avenir et choisir de construire autour des jeunes Andrew Hammond et Robin Lehner.

Anderson se retrouve dans une position vulnérable. Il n'a pas été capable de soutirer une clause de non-échange au directeur général Bryan Murray quand il a négocié son nouveau contrat de trois ans.

«Je vais m'en remettre au destin, dit-il. J'ai confiance en mes habiletés. Je sais à quel point je peux bien jouer. J'aime Ottawa. J'ai trouvé ma place dans cette ville. Je considère que j'ai passé les quatre dernières années dans un superbe endroit à jouer pour une super équipe. En ce qui a trait au hockey, Ottawa, c'est chez moi.»

«Il n'est pas facile de trouver sa place dans la LNH. C'est encore pire pour les gardiens, qui doivent se battre pour mériter un des 60 postes qui sont disponibles. Il faut parfois tenter sa chance avec quelques organisations avant d'en trouver une qui vous convient. Ce fut mon cas. J'ai l'intention de me trouver au bon endroit en ce moment.»

Sans le dire ouvertement, il a l'air de croire qu'il pourrait être impliqué dans une transaction dans les mois d'été.

Hammond n'est pas rancunier

Hammond aborde cette situation de façon bien plus légère.

La révélation de l'hiver 2015 pourrait accéder à l'autonomie complète le 1er juillet. Avec sa fiche de 20-1-2 en saison régulière, il y a fort à parier que trois ou quatre organisations seront prêtes à lui concéder un contrat à salaire garanti de la LNH.

Il espère lui aussi poursuivre sa carrière avec l'organisation qui lui a donné sa première chance.

Il n'en veut d'ailleurs pas trop à Dave Cameron de l'avoir cloué au banc dans les quatre derniers matches de la série contre le Canadien de Montréal.

«Ce n'est pas une situation unique. Des gardiens qui ont remporté la coupe Stanley dans le passé se retrouvent au bout du banc dans les séries. Je ne me comporterais jamais de manière égoïste durant les séries de la coupe Stanley. Pour être un bon gardien, il faut d'abord être un bon coéqupier», résume t-il.

Plus on le connaît, plus on le trouve raisonnable.

«Je vais commencer à réfléchir à mon avenir prochainement. Avec tout ce qui s'est produit, je n'ai même pas encore pris le temps de discuter des possibilités pour l'an prochain avec mon agent. Je veux d'abord prendre le temps de décompresser. Je veux célébrer la saison que je viens de connaître. J'aimerais bien sûr revenir l'an prochain. On verra bien comment les choses vont se passer.»

Lehner incognito

Anderson et Hammond pourraient être partenaires en 2015-2016.

Lehner fut un des rares joueurs à ne pas se présenter devant la presse mardi.

Deux mois après avoir subi sa commotion cérébrale, personne ne sait comment il se porte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer