«Il le sait, son but était bon»

Il manquait un petit but aux Sénateurs pour... (PC)

Agrandir

Il manquait un petit but aux Sénateurs pour envoyer le match de dimanche - et leur saison - en prolongation. Cette réalité est particulièrement dure à accepter pour Jean-Gabriel Pageau (au centre), qui croyait avoir déjoué Carey Price en deuxième période.

PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme deux millions de Québécois, Alain Côté a regardé, à la télévision, le sixième match de la série opposant les Sénateurs d'Ottawa au Canadien de Montréal. Il a donc vu, en direct, l'arbitre Chris Lee refuser un but à Jean-Gabriel Pageau.

Ça lui a fait mal au coeur. « Ça m'a effectivement fait penser à ce qui m'est arrivé », raconte, au bout du fil, l'ancien joueur de 57 ans.

On peut raconter l'histoire en vitesse pour les plus jeunes. Le 28 avril 1987, au Forum de Montréal, M. Côté croyait bien avoir marqué un gros but qui aurait permis à ses Nordiques de Québec de prendre les commandes dans leur série face au Tricolore. L'arbitre en devoir, Kerry Fraser, en a décidé autrement.

Selon lui, le gros ailier québécois Paul Gillis avait fait obstruction sur le gardien montréalais Brian Hayward.

Vingt-huit ans plus tard, les fans les plus âgés continuent de débattre sur la légitimité de ce but.

Ce sera différent dans le cas de Pageau. Après le match, dimanche, Carey Price a été le premier à reconnaître que l'arbitre lui a rendu une immense faveur.

Il y a quand même des similitudes entre les deux cas. En 2015 comme en 1987, le Canadien profite d'une décision controversée pour éliminer un rival naturel.

« Des histoires comme celles-là se sont sûrement produites ailleurs dans le monde du sport... Toutefois, au Canada, dans la province de Québec, c'est drôle de voir que Montréal s'en tire une fois de plus. C'est à se demander qui est favorisé », lance M. Côté.

L'ancien joueur souhaite à Pageau de rapidement passer l'éponge sur cet événement. « Quand les gens vont lui en parler, ça va lui faire un pincement au coeur. Moi, j'ai mis au moins trois ou quatre années à m'en remettre. Au début, il ne fallait surtout pas que les gens me disent que mon but n'était pas bon. Je ne parvenais pas à l'accepter. »

Il faut dire que les années qui ont suivi « le but d'Alain Côté » n'ont pas été les plus glorieuses de la courte histoire des Nordiques.

« C'est arrivé en 1987. La direction a tout chambardé l'équipe après. On a échangé Dale Hunter. Clint Malarchuk, qui était notre meilleur gardien, est parti en même temps que lui. Nous avons aussi perdu notre coach Michel Bergeron. Je me suis longtemps demandé si le noyau de l'équipe aurait été préservé dans des circonstances différentes. Si le but avait été accepté, si nous avions poursuivi notre chemin en séries, nous aurions peut-être pu continuer à jouer ensemble pendant un bon moment. »

M. Côté a lui-même accroché ses patins deux ans plus tard.

« Je suis convaincu que ce ne sera pas la même chose à Ottawa. Les Sénateurs sont jeunes. Ils sont promis à un bel avenir. »

« Le jeune Pageau ne doit surtout pas oublier qu'il a connu de méchantes belles séries. Il est revenu de loin. Il était dans la Ligue américaine en début de saison. J'espère qu'il ne restera pas trop longtemps accroché sur ce qui s'est passé dimanche. De toute façon, il le sait. Son but était bon. »

« Il ne faut vraiment pas qu'il reste amer. Il faut qu'il pense à toutes les bonnes choses qui s'en viennent pour lui. »

Cinq cents millions

Avant le match de dimanche, le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a pris quelques minutes pour discuter avec les journalistes à Ottawa. Il a entre autres révélé que l'homme d'affaires qui voudra faire revivre la LNH à Québec devra être prêt à débourser 500 millions $ US pour fonder un club d'expansion.

« Plus on avance dans le temps, plus ça va monter. Le plafond salarial monte, le prix des concessions aussi. Je garde quand même confiance », de lancer l'homme qui a disputé plus de 800 parties dans l'uniforme fleurdelisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer