Cameron fait l'éloge de ses joueurs

Dave Cameron....

Agrandir

Dave Cameron.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

«Cette saison, ce n'est pas l'histoire de Dave Cameron qui a dirigé les Sénateurs. Ce sont les joueurs qui ont fait tout le travail.»

La dernière conférence de presse d'après-match de Cameron s'est étirée pendant de longues minutes. L'entraîneur-chef des Sénateurs a souvent dit qu'il aime parler.

Hier soir, il a effectivement beaucoup parlé.

«Quand un entraîneur s'installe derrière le banc d'une nouvelle équipe, il sait généralement ce qu'il veut accomplir. Il a une philosophie à implanter. Il a un plan à suivre.»

«Pour que ce plan soit suivi, encore faut-il que les joueurs aient envie d'embarquer. Cette année, je suis chanceux. J'ai dirigé une troupe dédiée, persévérante. J'ai dirigé un groupe d'athlètes qui n'avait pas peur de mettre les efforts nécessaires pour réussir.»

Les Sénateurs de 2014-15 resteront, pour toujours, l'équipe qui a comblé un déficit de 14 points dans les sept dernières semaines de la saison régulière pour parvenir à se qualifier pour les séries.

«Je suis extrêmement fier de notre groupe. Quand je dis que je suis fier, je ne parle pas uniquement du résultat que nous avons obtenu. Je parle de l'engagement de tous. Je parle du professionnalisme démontré par tous.»

Cameron a parlé de sa décision de retirer Andrew Hammond de la série après deux parties. «Après le match numéro un, nous lui avons décerné un carton jaune. Il était trop tôt pour le rouge. Il méritait une deuxième chance», a-t-il dit sur un ton léger.

Dommage pour le Ritz

Il s'est dit déçu de ne pas avoir la chance de retourner à Montréal pour travailler dans un match numéro sept. «Je suis particulièrement déçu de ne plus retourner au Ritz, cet hôtel très luxueux où les sièges de toilette sont chauffants.»

Une blague. Alors que tous ses joueurs avaient le caquet bas, il était capable de rigoler.

«C'est l'avantage d'être un vieil entraîneur. Avec le temps, j'ai appris à encaisser les coups. Je sais qu'on pourra se reprendre l'an prochain.»

Le pire, c'est que Cameron aura la chance de s'installer une fois de plus derrière son podium. Il aura la chance de réfléchir à ce qu'il veut dire pendant quelques heures avant sa - vraie - dernière conférence de presse de 2014-15.

Le bilan des joueurs et de la direction devrait se faire demain.

Toute l'équipe aura congé aujourd'hui.

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer