Les Sénateurs respirent toujours

Mike Hoffman célébrant le seul but de la... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Mike Hoffman célébrant le seul but de la partie en compagnie de ses coéquipiers, en troisième période mercredi soir au Centre Canadian Tire. Cette victoire des Sens force la tenue d'un cinquième match dans la série Montréal-Ottawa.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les partisans des Sénateurs d'Ottawa se posaient la même question, jour après jour, depuis le début de la série contre le Canadien de Montréal.

Puisqu'il est si difficile de marquer contre Carey Price, pourquoi donc laisser un marqueur de 25 buts se morfondre dans un quatrième trio?

> Poursuivez la discussion dans le blogue de Sylvain St-Laurent

> Sommaire

Alors qu'il n'avait plus rien à perdre, mercredi soir, l'entraîneur-chef Dave Cameron a finalement cédé à la pression populaire. Il a ramené Mike Hoffman aux côtés des deux joueurs avec qui il a connu le plus de succès cette saison, Mika Zibanejad et Bobby Ryan.

Hoffman l'a récompensé en marquant le seul but de la soirée.

Grâce à cette victoire de 1-0 obtenue dans un Centre Canadian Tire rempli à craquer, les Sénateurs respirent toujours. Il y aura un match numéro cinq, vendredi soir, dans la métropole.

«Je ne vais pas commencer à me plaindre. Peu importe le trio dans lequel je me trouve, je me défonce chaque soir», a commenté le héros de la soirée.

«Cela dit, il est assez évident que nous avions beaucoup de vitesse sur la patinoire. Notre vitesse nous a permis d'obtenir quelques bonnes chances de marquer tout au long de la soirée.»

Cameron se défend bien d'avoir promu Hoffman en désespoir de cause.

«J'ai décidé d'accorder cette promotion à Hoff parce qu'il se montre plus prudent lorsque notre équipe n'a pas le contrôle de la rondelle. Je l'observais attentivement dans le match numéro trois. Même si nous avons perdu cette partie, il me semblait bien meilleur en défensive. Je me suis dit que le temps était venu pour lui de jouer un plus grand rôle.»

Le numéro 68 se trouvait même sur la patinoire avec Ryan et Zibanejad, en toute fin de rencontre, lorsque les Sénateurs protégeaient leur avance.

Ça n'a pas été une mauvaise décision. Leur échec-avant a été tellement soutenu que Price a eu beaucoup de mal à regagner le banc des joueurs à la faveur d'un sixième attaquant.

«N'essayez pas de trop tout analyser, a lancé le coach défait, Michel Therrien, avant de quitter Kanata. Ils n'ont pas dominé ce match d'un bout à l'autre. Ce fut un bon match pour les deux équipes. Nous en avons eu, nous aussi, des chances de marquer.»

Craig Anderson a effectué 28 arrêts pour signer son troisième jeu blanc en carrière dans les séries éliminatoires de la coupe Stanley.

Cameron sera bien heureux quand il consultera la feuille de pointage. La période la plus occupée de son gardien fut la première. Il a été obligé de stopper 11 lancers durant les 20 premières minutes de jeu.

Au deuxième tiers, sans doute parce qu'ils n'avaient pas une avance à protéger, les Sénateurs semblaient bien moins crispés. Ils ont même dominé 11-10 au chapitre des tirs.

«C'était clair, dans ma tête. Pour gagner un match dans cette série, il fallait d'abord régler nos problèmes en deuxième période», dit Cameron.

Le défenseur du Canadien Greg Pateryn n'a par ailleurs pas été capable de compléter son premier match en carrière en séries. Il s'est blessé en complétant une mise en échec sur Jean-Gabriel Pageau.

«Il est correct», assure Therrien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer