Une loge pour la partisane rudoyée

Katie Kerrick s'est fait photographier en compagnie du... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Katie Kerrick s'est fait photographier en compagnie du joueur des Sénateurs Bobby Ryan avant le match de vendredi.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

L'une des partisanes des Sénateurs d'Ottawa qui ont été rudoyées au Centre Bell, vendredi, a pu voir le match d'hier en bonne compagnie. Katie Kerrick a été invitée par le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, à passer la soirée dans sa loge.

Le Canadien de Montréal affirmait samedi effectuer des vérifications au sujet d'allégations de harcèlement à l'endroit de deux partisanes des Sénateurs d'Ottawa.

L'incident serait survenu lors de la seconde rencontre entre les deux équipes, vendredi soir.

Deux jeunes soeurs soutiennent avoir été harcelées par des partisans du CH et ne pas avoir reçu d'assistance du personnel de l'amphithéâtre, malgré leurs plaintes.

Selon la version des faits publiée par Katie Kerrick sur son compte Facebook, la jeune femme de 19 ans et sa soeur se sont rendues au Centre Bell vêtues de leurs chandails des Sénateurs d'Ottawa.

Les deux femmes, originaires de la région de la capitale canadienne, ont roulé du New Hampshire jusqu'à Montréal pour assister à la partie.

Pendant le match, Mme Kerrick dit avoir été la cible de plusieurs insultes verbales à connotation dégradante. Puis, vers la fin de la troisième période, un homme d'au moins 10 ans son aîné aurait commencé à frapper sa soeur et elle à la tête à l'aide d'une serviette blanche offerte par le club. Elle raconte lui avoir demandé d'arrêter à plusieurs reprises. «J'ai rapporté l'incident au placier, et au même moment, le gars et son ami sont venus me pousser avec force», rapporte la jeune femme.

Selon sa version, un autre partisan les aurait ensuite frappées, encore une fois à l'aide d'une serviette blanche, «devant des partisans qui riaient et qui applaudissaient».

Toujours selon ses dires, sa grande soeur et elle se seraient ensuite fait lancer une bière complète.

AUCUN RAPPORT D'INCIDENT

Après vérification, le Canadien de Montréal affirme n'avoir reçu aucun rapport d'incident lié à ce cas de la part de son service de sécurité.

«Ça ne nous laisse pas indifférents. [...] C'est clair que c'est une situation malheureuse. On cherche en ce moment à savoir ce qui s'est passé. On procède encore à des vérifications», indique Donald Beauchamp, vice-président aux communications de l'équipe montréalaise.

Le service à la clientèle de l'équipe a communiqué avec les deux jeunes femmes pour en connaître davantage sur les circonstances entourant l'incident.

Le Service de police de la Ville de Montréal dit n'avoir reçu aucune plainte à ce sujet.

La Presse, avec LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer