Victoire d'un seul homme

Dale Weise célèbre son but en prolongation.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Dale Weise célèbre son but en prolongation.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dale Weise a entrepris le match d'hier soir dans le troisième trio du Canadien de Montréal. Ça ne fonctionnait pas. Il connaissait une rencontre difficile.

Pour le faire débloquer en zone d'attaque, Michel Therrien l'a rétrogradé dans le quatrième trio.

Aussi simple que ça. Avec Torrey Mitchell et Brandon Prust, Weise a marqué les deux buts qui ont permis au Tricolore de revenir de l'arrière pour signer une victoire de 2-1 contre les Sénateurs d'Ottawa, hier soir, au Centre Canadian Tire.

Une victoire qui place les Sénateurs au bord de l'élimination.

«Nous avons encore une chance de gagner cette série», assure le capitaine défait Erik Karlsson.

«Il suffit de commencer par trouver un moyen de remporter une seule partie», insiste son entraîneur-chef, Dave Cameron.

Le coach avait au moins raison sur une chose. En début de journée, quand est venu le temps d'expliquer sa décision de miser sur Craig Anderson plutôt que sur Andrew Hammond, il avait sorti un des plus vieux clichés des entraîneurs.

«Parce que c'est lui qui va nous donner la meilleure chance de l'emporter.»

À ce moment-là, on avait vraiment l'impression que c'était un gros cliché.

Comment le croire? Anderson avait disputé seulement quatre parties dans les six semaines précédentes. Dans ces quatre parties, il avait signé seulement une victoire. Il avait alloué 14 buts.

En plus, Anderson disait pas plus tard que mercredi dernier que sa main droite n'était pas encore complètement guérie...

Pourtant, il a fait le travail. Il a réussi 47 arrêts.

Anderson s'en veut

Lorsque Weise a finalement réussi à pousser une rondelle dans le fond de son filet, il était à six minutes de réaliser son troisième jeu blanc en carrière dans les séries éliminatoires de la coupe Stanley.

«Il aurait fallu que je trouve le moyen d'en réussir un de plus. Je suis déçu», dit le gardien.

Cameron a pris une autre décision qui permettait de croire qu'il paniquait.

Il a décidé de procéder à un changement dans son quatrième trio. C'est ainsi qu'Alex Chiasson, très peu utilisé dans le match numéro deux au Centre Bell, a cédé sa place à Chris Neil.

L'homme fort de 35 ans, qui n'avait pas joué depuis le 14 février, a tout fait pour remercier son patron. Dans un rôle restreint, en passant tout juste huit minutes et 23 secondes sur la patinoire dans les trois premières périodes, il a trouvé le moyen d'être le meneur au chapitre des mises en échec complétées. Il en a obtenu neuf.

Les Sénateurs, de retour devant leurs partisans, auront dominé le match à ce niveau. Ils ont frappé leurs adversaires 61 fois.

Les fans, par ailleurs, ont fait clairement sentir à P.K. Subban qu'il n'était pas le bienvenu. Le quart-arrière du Canadien a été copieusement hué chaque fois qu'il touchait à la rondelle.

Il a peut-être laissé ses émotions prendre le contrôle de lui une fois. Au premier tiers, il s'est sorti du jeu pour compléter une mise en échec en zone défensive sur Karlsson. Un bref instant plus tard, Clarke MacArthur a déjoué Carey Price.

Subban, à l'instar de Karlsson, a quand même connu un fort match.

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer