«Notre objectif, c'est de tout gagner»

Les Sénateurs ont complété une remontée historique pour... (Associated Press)

Agrandir

Les Sénateurs ont complété une remontée historique pour accéder aux séries, samedi avec une victoire à Philadelphie. Ils affronteront le Canadien de Montréal en première ronde.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PHILADELPHIE) Andrew Hammond a un message à livrer aux partisans des Sénateurs d'Ottawa. Ce message pourrait aussi intéresser, par la bande, les fans du Canadien de Montréal.

«Ce n'est surtout pas le temps de relaxer.»

«Nous sommes très fiers du chemin que nous avons accompli jusqu'à maintenant, mais il faut qu'un truc soit clair. Nous n'avons pas gagné toutes ces parties dans le but de goûter un peu aux séries éliminatoires. Je n'ai pas besoin de vous faire un dessin. Tout le monde sait ce que nous voulons. Tous les enfants qui jouent au hockey rêvent de remporter la coupe Stanley.»

Voilà. C'est dit.

En milieu de journée, samedi, les Sénateurs ont complété leur remontée miracle. Ils ont vaincu les Flyers de Philadelphie 3-1 pour assurer leur participation aux séries.

L'esprit tranquille

Le Hamburglar et ses coéquipiers ont donc pu rentrer à la maison en toute quiétude. Ils ont quand même regardé Hockey Night in Canada, en soirée, afin de connaître l'identité de leurs adversaires de la première ronde.

Ils disaient au départ qu'ils n'avaient pas de préférence.

Le hasard a voulu que ça tombe sur une équipe qu'ils ont vaincue trois fois en quatre parties, cette saison.

La deuxième série de l'Histoire entre le Canadien et les Sénateurs prendra son envol mercredi soir, au Centre Bell.

Face aux champions de la section Atlantique, le club de la capitale ne sera clairement pas favori.

C'était un peu la même chose lors de la première série opposant les Sénateurs au Canadien, en 2013. Le statut de négligé n'avait pas vraiment gêné la troupe dirigée par Paul MacLean. Elle s'était assez facilement débarrassée de l'équipe de Michel Therrien. Après cinq parties, tout était terminé.

«Notre objectif, c'est de tout gagner. Et nous savons tous que le club qui remporte la coupe n'est pas nécessairement celle qui entreprend les séries dans le rôle du favori», dit Hammond, qui complète sa saison de rêve avec une fiche de 20-1-2, une moyenne de buts alloués de 1,79 et un taux d'efficacité de 94,1%.

Des chiffres qui se comparent avantageusement à ceux du grand Carey Price.

«Je n'ai jamais connu une séquence comme celle-là de toute ma vie, reconnaît Hammond. Je ne serais pas capable d'expliquer ces succès. Je ne crois pas que personne serait capable de l'expliquer. Je peux quand même vous dire que je me suis rarement autant amusé dans un aréna. C'est la même chose pour tout le monde, je crois. Ça paraît dans nos résultats.»

Les Sénateurs ont profité d'une journée de congé, hier. Ils reprendront l'entraînement ce matin, à Kanata. Ça leur laissera deux bonnes journées de préparation, ce qui devrait s'avérer bien suffisant.

Le Hamburglar ne peut pas vraiment expliquer ses propres performances des deux derniers mois. Il comprend, cependant, comment les Sénateurs ont bien pu pour reprendre vie alors qu'ils accusaient un retard de 14 points sur les détenteurs de la dernière position qui donnait accès aux séries.

Aucune formation, dans la riche et longue histoire de la LNH, n'avait réussi cet exploit avant eux.

«Un écart de 14 points, c'est énorme. C'est tellement énorme que ça l'air impossible à combler», dit-il.

«Vous allez penser que je vous sers un cliché, mais nous y sommes vraiment allés un match à la fois. C'est vraiment ça qui nous a permis de surmonter les défaites crève-coeur que nous avons subies contre Toronto, Boston et New York.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer