L'espoir de toute une région sur les épaules

Les partisans des Sénateurs pourront remercier Cody Ceci,... (Mary Altaffer, Associated Press)

Agrandir

Les partisans des Sénateurs pourront remercier Cody Ceci, du secteur Orléans, si leur équipe se qualifie pour les séries éliminatoires.

Mary Altaffer, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PHILADELPHIE) Cody Ceci a toujours été un fan des Sénateurs. Quelques-uns de ses plus beaux souvenirs d'enfance sont associés aux séries éliminatoires de la bande à Daniel Alfredsson, au début des années 2000.

On peut facilement imaginer comment il se sentira samedi soir. Advenant une victoire des Sénateurs contre les Flyers, les partisans risquent de se précipiter à l'aéroport Cartier-MacDonald pour offrir aux joueurs un comité d'accueil.

«Ma famille ne s'est jamais rendue à l'aéroport pour accueillir l'équipe», affirme le défenseur de 21 ans.

«Nous avons quand même passé quelques belles soirées dans le stationnement d'un centre commercial près de chez moi, à regarder des matches de séries sur un écran géant. Plus tard, avec des copains, j'ai fréquenté le Mile des Sens. J'ai toujours été fier de voir ma ville se rallier autour de son équipe de hockey. Je serais bien content de me retrouver au coeur d'un phénomène comme celui-là ce printemps.»

Ça paraît dans son jeu.

Ceci a donné un fier coup de pouce à son coéquipier Andrew Hammond, jeudi soir, à New York.

Le Hamburglar a effectué 26 arrêts pour signer son troisième jeu blanc dans la Ligue nationale de hockey. Le cadet de ses défenseurs mériterait peut-être une mention d'aide. Dans une soirée où le temps de jeu a été réparti de façon équitable dans le sextuor, le kid a réussi à bloquer cinq lancers.

Il devrait en principe terminer la saison au sommet de cette catégorie chez les Sénateurs. Il a bloqué 113 tirs depuis le début de la saison. Son plus proche poursuivant, Mark Borowiecki, en a stoppé une douzaine en moins.

«Les matches sont tellement importants... Si je me trouve dans le corridor d'un lancer, je ne vais certainement pas me tasser pour éviter la rondelle. Je ne suis pas tout seul, d'ailleurs. Les autres aussi bloquent des lancers. On va continuer de faire tout ce qu'on peut pour aider Hammer», promet Ceci.

Dave Cameron ne croit pas que les racines de Ceci influencent son rendement en cette fin de saison. «Il travaillerait tout aussi fort s'il faisait carrière dans une autre ville», qu'il dit.

Peut-être.

Des «produits» locaux

Le défenseur qui a grandi dans le secteur Orléans n'est pas le seul membre «local» de l'édition actuelle des Sénateurs. Tous les joueurs qui sont originaires de la capitale semblent connaître une grosse fin de saison.

C'est le cas de Borowiecki. C'est le cas de Marc Méthot. C'est aussi le cas de Jean-Gabriel Pageau.

Le centre hullois a fermé les livres au Madison Square Garden. Il a marqué le troisième but de son équipe, en fin de match, dans un filet désert.

C'était un deuxième but important en autant de parties pour lui.

Pageau n'était pas un fan des Sénateurs quand il était jeune. Il n'affectionnait pas particulièrement le Canadien de Montréal, non plus. Il était un amateur butineur. Son coeur valsait d'une équipe à l'autre, selon les saisons.

«C'est certain que je suivais davantage les Sénateurs quand ils se rendaient loin en séries. Je peux dire que j'ai appris à aimer les Sénateurs durant leurs belles années», confie-t-il.

«Samedi, nous allons obtenir une chance de faire les séries. Je pense que ce serait une bonne chose pour toute la région. Je pense que les gens embarqueraient avec nous. En tout cas, si je me fie aux commentaires que je reçois dernièrement, c'est juste du positif», complète le centre de 22 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer