La glissade se poursuit

La défaite d'hier soulève beaucoup de questions dans... (USA TODAY Sports)

Agrandir

La défaite d'hier soulève beaucoup de questions dans le cap des Sénateurs.

USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa ont-ils atteint le point de rupture? Frappé le proverbial mur?

Ont-ils complètement vidé leurs réserves de carburant?

Toutes ces questions se posaient, en milieu de soirée, hier, au Centre Canadian Tire.

L'équipe venait de compléter un week-end crucial avec une démoralisante récolte d'un point sur quatre.

Le plongeon a débuté en troisième période, samedi soir, au Air Canada Centre de Toronto. Ils menaient par deux buts contre leurs ennemis jurés avec une dizaine de minutes à jouer. Leurs vieux complexes d'infériorité leur ont encore joué des tours. Ils ont fini par s'incliner en prolongation contre les Maple Leafs.

Ils avaient la chance de se racheter hier, devant une foule très nombreuse. Un autre de leurs vieux ennemis est venu leur briser le dos. Jaromir Jagr a marqué ses 39e et 40e buts en carrière contre les Sénateurs dans une victoire de 4-2 des Panthers de la Floride.

Trois points de retard

Quand la fin de semaine a débuté, les joueurs de Dave Cameron détenaient le dernier ticket qui donne accès aux séries éliminatoires. Ce matin, ils se retrouvent au neuvième rang dans l'Association Est. Ils accusent un retard de trois points sur les Bruins de Boston, nouveaux détenteurs de la huitième place.

On peut reposer la question d'une autre façon. La fatigue accumulée durant l'incroyable poussée des dernières semaines est-elle trop lourde à porter en ce moment?

«Toutes les équipes ressentent de la fatigue en ce moment», répond Cameron.

Les cinq ou six joueurs qui ont défilé devant les journalistes ont pas mal tous repris cette phrase.

Le capitaine Erik Karlsson s'est permis d'aller un peu plus loin. «Dans nos trois dernières parties, nous avons oublié de nous présenter. Nous voici arrivés à la période de l'année où il faut commencer à jouer pour vrai. Nous avons fourni un gros effort pour nous rendre jusqu'ici. Les gars doivent quand même comprendre que nous n'avons encore rien prouvé. Nous ne méritons absolument rien de bon en ce moment.»

Karlsson a marqué le premier but de son équipe, hier. Il s'agit de son 20e de la saison, ce qui lui permet d'égaler sa meilleure récolte en carrière.

Jean-Gabriel Pageau a inscrit l'autre.

Pageau s'accroche

Avec huit points à ses 11 dernières parties, le Gatinois est en train de mériter son contrat à sens unique qui lui garantira sa place dans la LNH. Son désir de vaincre ne pourra jamais être remis en question.

On ne peut cependant pas en dire autant de tous ses coéquipiers.

L'opportunité de mettre un terme aux disettes offensives était pourtant très belle, hier. Roberto Luongo s'était légèrement blessé, samedi soir, à Montréal. Les Panthers avaient donc misé sur le vétéran des ligues mineures Dan Ellis pour ce match crucial.

Du côté des Sénateurs, Craig Anderson a effectué un retour au jeu... pour encaisser deux revers consécutifs. Il a encaissé 14 buts à ses quatre dernières parties.

«La bonne nouvelle, au moins, c'est que je me sens bien physiquement», dit celui qui a été secondé par Chris Driedger samedi et par Andrew Hammond hier.

Jussi Jokinen et Dave Bolland ont marqué les deux autres buts des Panthers à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer