Anderson se sent très frustré

Craig Anderson... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une autre fin de semaine cruciale débute pour les Sénateurs d'Ottawa. Qui sera devant le filet, samedi soir, contre les Maple Leafs de Toronto?

Craig Anderson? Andrew Hammond? «Les deux sont mal en point», rappelle l'entraîneur-chef Dave Cameron.

Chris Driedger alors? «À l'heure actuelle, tout est possible», a-t-il répondu du tac-au-tac.

Les trois ont fait le voyage dans la Ville-Reine. «Je prendrai ma décision après notre séance d'entraînement de samedi matin», a promis Cameron.

Hammond a reconnu que sa blessure au «bas du corps» a joué un rôle dans sa contre-performance de jeudi soir contre les Rangers de New York. Une douzaine d'heures plus tard, on l'a brièvement aperçu dans le corridor qui mène au vestiaire des Sénateurs au Centre Canadian Tire. Il ne s'est pas expliqué davantage.

Anderson, en revanche, a passé une bonne heure sur la patinoire. Durant la séance d'entraînement facultative des Sénateurs, il a stoppé quelques dizaines de lancers avec son bloqueur. Il a donc mis à l'épreuve sa main droite, qui est blessée depuis deux mois.

«Je me sens mieux. Dans les derniers jours, j'ai vraiment progressé. Mais à l'heure actuelle, je ne suis vraiment pas convaincu que je serai capable de jouer ce week-end», a-t-il déclaré en quittant la patinoire.

S'il se sent bien, s'il progresse, pourquoi attendre? Hammond a besoin d'un congé, son équipe a besoin de lui...

«Chaque jour, avant de sauter sur la patinoire, je me sens très bien. Après quelques minutes à travailler, la fatigue et les raideurs musculaires s'installent. Je veux donc attendre de voir comment je me sentirai samedi matin avant de me prononcer pour le match de samedi soir.»

«J'ai modifié mon bloqueur avec nos préposés à l'équipement. Grâce à cette pièce d'équipement modifiée, je ne ressens plus vraiment de douleur quand je bloque la rondelle avec ma main. Le problème, c'est le contrôle de la rondelle. Au début de mes séances d'entraînement, je me sens bien. Plus le temps passe, plus c'est difficile.»

Le vétéran de 33 ans, qui a raté 65 parties pour soigner différentes blessures au cours des trois dernières années, ne se montre pas plus rassurant que ça.

Il a paraphé une prolongation de contrat de trois ans qui lui permettra de toucher un salaire annuel de 3,5 millions$ US jusqu'en juillet 2018. Au mieux, il se dit «frustré» de ne pouvoir garantir sa présence dans la formation durant une période aussi cruciale.

«C'est une blessure très frustrante», jure-t-il.

Profondément embêté

«Si je m'étais fracturé une jambe, je saurais exactement à quoi m'en tenir. Si j'avais des raideurs à l'aine, je pourrais me consoler en me disant que mon état de santé finirait par s'améliorer après une semaine ou deux. Dans ma situation actuelle, chaque journée me plonge dans l'inconnu. Toute cette zone grise m'embête profondément.»

Anderson n'a pas toujours connu du succès contre les Leafs. Après avoir subi six échecs consécutifs dans la Bataille de l'Ontario entre avril 2012 et février 2014, il a réussi à signer deux victoires. Un de ses 37 arrêts réussis dans un gain de 4-3, le 21 janvier dernier, est justement à l'origine de ses problèmes de santé.

«La pression que je ressens en ce moment provient de l'intérieur, affirme-t-il. Je veux être certain d'être en forme quand je reviendrai. Je vise la santé à long terme.»

Hammond souffre-t-il depuis longtemps?

Andrew Hammond ne s'est peut-être pas infligé sa blessure à la jambe droite au début de la semaine. La collision avec Logan Couture, lundi, a possiblement ravivé un vieux «bobo» qu'il traîne depuis quelques mois.

Hammond a raté six matches dans la Ligue américaine, à compter de la fin du mois de novembre, parce qu'il s'était infligé une blessure au «bas du corps».

«Je ne sais pas si ces deux blessures sont liées. En réalité, je ne savais même pas qu'Andrew avait été obligé de s'accorder quelques jours de congé quand il était à Binghamton», a réagi Dave Cameron, vendredi.

«C'est quand même possible. Parfois, durant la saison de hockey, le calendrier chargé ne permet pas aux joueurs de soigner complètement leurs petits bobos. Ça les rend plus vulnérables. Le meilleur temps pour guérir d'une blessure, c'est la saison morte», a-t-il enchaîné.

Même s'il a subi seulement une défaite, le Hamburglar a encaissé 14 buts à ses quatre derniers départs.

Clarke MacArthur.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Clarke MacArthur.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Clarke MacArthur jouera avec une visière teintée

Craig Anderson n'est pas le seul vétéran qui pourrait effectuer un retour au jeu, samedi soir, à Toronto. Clarke MacArthur a passé jeudi les derniers tests inscrits au protocole des commotions cérébrales dans la LNH. Il attendait toujours les résultats, vendredi, lorsqu'il a quitté le Centre Canadian Tire pour se rendre à l'aéroport.

«Tout porte à croire qu'il a réussi», a laissé entendre Dave Cameron.

«Je me souviens d'avoir passé le test. C'est bon signe, je crois», a pour sa part indiqué l'attaquant d'expérience avec un peu d'humour.

Si MacArthur ne joue pas samedi soir, il sera assurément dans la formation dimanche, lorsque les Panthers de la Floride effectueront leur dernière visite de la saison à Ottawa. À compter de maintenant, MacArthur portera une visière légèrement teintée. Ce n'est pas un coup de coquetterie. Il veut se protéger des lumières très brillantes des amphithéâtres de la LNH.

Les Sénateurs ont le gardien Matt O'Connor dans... (Courtoisie, Matt Dresens) - image 4.0

Agrandir

Les Sénateurs ont le gardien Matt O'Connor dans leur mire.

Courtoisie, Matt Dresens

Le chemin de Matt O'Connor se poursuit

La direction des Sénateurs suit avec intérêt le tournoi de fin de saison de la NCAA. Le joueur autonome qu'elle convoite ce printemps, le gardien Matt O'Connor, fait partie d'une des formations favorites pour l'obtention du championnat national, les Terriers de Boston University.

O'Connor et ses coéquipiers ont signé une grosse victoire en prolongation contre les Bulldogs de Yale, vendredi après-midi. Ils affronteront samedi une formation du Minnesota.

O'Connor, qui mesure six pieds et cinq pouces, intéresse plusieurs formations. Les Sabres de Buffalo et les Oilers d'Edmonton pourraient aussi lui soumettre une offre dès que sa saison sera terminée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer