Les Leafs reviendront-ils hanter les Sénateurs?

Les Maple Leafs ont causé du tort aux... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les Maple Leafs ont causé du tort aux Sénateurs au début des années 2000, pourraient-ils réveiller de mauvais souvenirs dans les trois parties opposant les deux équipes d'ici la fin de la saison?

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au début des années 2000, les Maple Leafs de Toronto prenaient un malin plaisir à éliminer les Sénateurs d'Ottawa en séries éliminatoires.

Quatre fois en cinq ans, ils ont mis fin aux espoirs de la troupe alors dirigée par Jacques Martin de mettre la main sur la coupe Stanley.

Une décennie plus tard, les Torontois s'amènent dans la capitale ce soir pour disputer le premier d'une série de trois parties de fin de saison de la Bataille de l'Ontario qui pourrait bien être déterminante pour les chances de la formation locale d'accéder aux séries éliminatoires.

On peut présumer que rien ne ferait plus plaisir aux Leafs, et surtout à leurs nombreux partisans à Ottawa, que de mettre des bâtons dans les roues de leurs grands rivaux.

«Il faudrait leur demander à eux (si c'est le cas)», a répondu l'entraîneur-chef des Sénateurs Dave Cameron tard jeudi soir, après l'important gain de 6-4 des siens contre Boston, ce qui les rapprochait à deux points des Bruins et du huitième rang dans l'Est, avec un match de plus qu'eux à disputer.

«Tout ce que je sais, c'est qu'à ce temps-ci de l'année, on peut jeter les fiches respectives (des clubs) aux poubelles. Boston a bien perdu un match en tirs de barrage contre Buffalo (mardi dernier). Nous avons gagné un gros match, mais c'est tout ce qu'on a fait.

«La réalité est que nous ne sommes pas dans une position donnant accès aux séries, nous sommes encore à l'extérieur, espérant nous retrouver à l'intérieur. J'espère que ce fait va faire sortir le meilleur de mon club», a-t-il ajouté.

Sixième victoire de suite?

Les Sénateurs viennent de coller cinq victoires de suite et leur dossier est de 12-1-1 à leurs 14 dernières sorties, soit depuis la défaite contre la Caroline où Robin Lehner avait été sonné, cédant ainsi sa place à Andrew Hammond.

Chez les Maple Leafs, c'est tout le contraire alors qu'ils ont subi la défaite à leurs quatre dernières rencontres, et que leur fiche depuis le congédiement de Randy Carlyle est de 6-23-3.

Son successeur Peter Horachek n'a d'ailleurs pas été tendre à l'endroit de ses joueurs après leur revers de 4-1 à domicile jeudi soir contre les Sharks de San Jose. «C'était comme un club professionnel contre un club amateur. Ils ont plus travaillé, plus patiné et étaient dans une classe différente. Je ne sais pas s'ils ont frappé plus parce qu'ils n'ont pas eu besoin de le faire, ils avaient toujours la rondelle. Ce n'était pas beau», a dit Horachek.

Bombardé de 42 tirs, le gardien québécois Jonathan Bernier estimait que les Sharks, qui seront à Ottawa lundi, «avaient passé tout le match dans notre zone... Si on n'est pas fâché après un tel match, il y a quelque chose qui cloche», a-t-il souligné, lui qui cédera sa place à James Reimer (fiche de 10-3-1 contre Ottawa en carrière) ce soir.

Quand Horachek a remis en question l'éthique de travail de ses leaders hier, l'attaquant vedette Phil Kessel a rétorqué qu'il n'était pas d'accord: «C'est son opinion», a-t-il lancé aux collègues torontois.

À prendre au sérieux

Bien conscients que leurs adversaires sont dans la tourmente, les Sénateurs ne voudront quand même pas les prendre à la légère, ni ce soir ni lors des deux autres affrontements entre les deux clubs, le 28 mars et le 5 avril au Air Canada Center.

«Nous ne sommes pas à un point où on peut prendre un autre club à la légère. Nous avons besoin de victoires et on sait qu'ils vont être un club dangereux. Ils vont vouloir ruiner notre party. La rivalité demeure bien présente, ils vont toujours venir ici pour jouer avec ardeur.

«On sait à quoi s'attendre, on va se préparer de la même manière que pour tous les autres matches», estimait l'attaquant Mark Stone, auteur de trois passes contre les Bruins pour porter sa récolte cette saison à 49 points, dont 18 buts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer