Une coupe Stanley que les gens oublient

Celui qui dirige aujourd'hui les Sénateurs évoluait pour... (Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

Celui qui dirige aujourd'hui les Sénateurs évoluait pour les Islanders de New York, il y a plus de trois décennies de cela.

Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(UNIONDALE) Deux heures avant le match, vendredi soir, Dave Cameron nous a fait une belle confidence. Il nous a révélé un petit bout de son passé que personne ne connaissait.

Il a déjà remporté la coupe Stanley. En tant que joueur. Avec les Islanders.

On pensait qu'il avait fait partie de deux équipes durant sa courte carrière dans la LNH: les Rockies du Colorado et les Devils du New Jersey.

«J'ai vécu mes deux premiers camps d'entraînement dans ce building», a-t-il dit avec une petite pointe de fierté dans la voix.

«J'ai été repêché par les Islanders. Je me suis présenté ici pour la première fois à l'ouverture du camp d'entraînement de 1979. J'étais tout impressionné parce que Butch Goring était un de mes coéquipiers.»

Le jeune attaquant de l'Île-du-Prince-Édouard a vite été retranché. Il a passé le plus gros de sa première saison à Indianapolis, dans la défunte Ligue Centrale.

Même chose pour l'an deux de sa carrière. «Sauf qu'à la fin de cette saison, j'ai été très chanceux. J'ai fait partie du groupe de joueurs qui a été rappelé pour s'entraîner avec les Islanders durant les séries éliminatoires. Ça m'a permis de passer six belles semaines avec une grande équipe, alors qu'elle travaillait dans le but de remporter sa deuxième coupe Stanley.»

«Ça m'a permis de passer six belles semaines avec une grande équipe, alors qu'elle travaillait dans le but de remporter sa deuxième coupe Stanley.»

Dave Cameron
entraîneur chef des Sénateurs

Cameron n'a pas porté l'uniforme, donc. Il était quand même sur place, le 21 mai 1981, lorsque Mike Bossy, Denis Potvin et les autres ont défait les North Stars du Minnesota dans le cinquième et dernier match de la finale.

«Ce que je retiens de cette grande organisation? Le niveau de concentration. Les joueurs avaient beaucoup de plaisir lors des journées d'entraînement. Les jours de match, c'était complètement différent. C'était comme si un gros nuage noir s'installait au-dessus du vestiaire. Tout le monde se concentrait, tout le monde se préparait dans l'ambiance la plus sérieuse. C'était incroyable.»

«J'en tire des leçons encore aujourd'hui. J'ai compris durant mon passage ici que les gens qui ne sont pas prêts à travailler ne peuvent pas connaître du succès dans la LNH. Cette ligue exige un engagement constant. Trois cent soixante-cinq jours par année.»

Au Coliseum plutôt qu'au Temple

Parlant de travailleur acharné... Le préposé à l'équipement des Sénateurs, Scott Allegrino, était fidèle au poste, vendredi soir.

Il aurait eu la meilleure raison du monde d'exiger une soirée de congé à son employeur. Au moment où la rondelle a été mise en jeu au Coliseum, on l'intronisait officiellement au Temple de la renommée du hockey de Binghamton.

«Je ne suis pas trop à l'aise dans les foules. Ma fille de 10 ans va prononcer un discours en mon honneur», a-t-il confié au Droit.

Ironiquement, Allegrino avait justement 10 ans lorsqu'il a entrepris sa carrière dans le hockey. Il vivait tout près de l'aréna où évoluaient les Whalers de Binghamton de la Ligue américaine. Il assistait à la plupart de leurs séances d'entraînement.

Un jour, on lui a proposé de se rendre utile en remplissant les bouteilles d'eau. Ce fut le début d'une longue carrière.

Trente ans plus tard, après avoir travaillé dans la Ligue East Coast, La Ligue américaine et la Ligue nationale, le feu brûle toujours.

«Je travaillerai bientôt dans mon 2000e match. J'imagine que je vais prendre ma retraite après, dit-il. Je dis ça, mais au fond, je ne sais pas. Je pourrais continuer pendant un bout.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer