Un autre vol pour le Hamburglar

Les Islanders de John Tavares (#91) ont à... (Kathy Kmonicek, Associated Press)

Agrandir

Les Islanders de John Tavares (#91) ont à leur tour goûter à la médecine du Hamburglar, Andrew Hammond.

Kathy Kmonicek, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était le dernier match de l'histoire des Sénateurs d'Ottawa dans le vétuste Nassau Veterans Memorial Coliseum. C'était une soirée comme toutes les autres pour Andrew Hammond.

Une autre victoire. Une autre flopée d'arrêts.

On avait demandé au Hamburglar d'entreprendre un deuxième match en autant de soirs. On lui avait surtout demandé de tenir le fort contre une autre formation qui tente de remporter le trophée du Président et le championnat de la saison régulière.

Pas de problème.

«Il est incroyable. Il entraîne toute l'équipe avec lui. Parce qu'il se défonce pour nous chaque soir, nous avons envie de nous défoncer pour lui. L'ambiance ici est incroyable», a déclaré Kyle Turris, après avoir battu les Islanders de New York 2-1.

Rien ne semble impressionner Hammond.

Et pourtant, sa légende vient d'atteindre un nouveau sommet.

Il s'agissait de son 10e départ dans la Ligue nationale de hockey. Sa fiche est maintenant de 9-0-1.

Il a trouvé le moyen d'allouer deux buts ou moins dans chacune de ces 10 parties.

Nos collègues de TSN ont fait de grosses recherches dans les derniers jours. Un gardien qui alloue deux buts ou moins dans chacun de ses 10 premiers départs dans la LNH, ça s'est déjà vu. Mais ça fait longtemps. Selon les statisticiens de la chaîne sportive, un dénommé Frank Brimsek a été le dernier à réussir l'exploit.

Vous ne vous souvenez pas d'avoir déjà vu ce Brimsek à l'oeuvre? Ce n'est pas étonnant. Il a réussi cet exploit durant la saison 1938-1939, chez les Bruins de Boston.

«C'est extrêmement cool. Je ne m'attendais pas à connaître un départ du genre. Mais je dois vraiment rester dans le moment présent», a dit le gardien après le match.

Hammond a été particulièrement solide à deux moments, vendredi soir.

Il a d'abord tenu le fort pendant les sept ou huit premières minutes de la soirée.

Sachant que les Sénateurs disputaient un deuxième match en autant de soirs, ils ont mis toute la gomme dès le départ. Ils ont bien failli s'inscrire au pointage dans les premières minutes de jeu, mais ça n'a pas fonctionné.

John Tavares et ses copains ont repris les commandes au deuxième vingt. Durant ces 20 minutes infernales, ils ont obtenu 22 lancers vers le filet d'Ottawa.

Le meilleur marqueur de la LNH et les autres ont encore frappé le mur.

Ce n'est pas la pire chose qui leur soit arrivée durant cet engagement. Même s'il n'a eu qu'à affronter neuf tirs au but, Jaroslav Halak a laissé passer deux tirs.

Matt Puempel et Kyle Turris l'ont battu.

Tyler Kennedy, toujours aussi efficace contre les Sénateurs, a volé à Hammond son blanchissage en faisant dévier un tir au troisième tiers.

Il s'agissait, comme on disait au début de ce texte, du tout dernier match des Sénateurs sur Long Island. On pense vraiment qu'ils vont s'ennuyer du vieux Coliseum lorsqu'ils visiteront Brooklyn.

Ils ont subi seulement neuf revers en temps réglementaire dans leurs 43 visites ici. Ils ont signé vendredi leur 25e victoire. Ils ont fait match nul à six occasions. Ils ont perdu les trois dernières parties en prolongation.

«On passe au prochain match», dit Hammond

Le Hamburglar a quand même donné une petite frousse à ses hordes d'admirateurs.

Le gardien des Sénateurs effectuait des arrêts n'importe comment en deuxième période. Il en a même stoppé un avec sa tête.

Celui-là n'était peut-être pas voulu. Johnny Boychuk - le défenseur qui vient de signer un nouveau contrat de 42 millions $ US pour rester sur Long Island - a mis 225 livres de pression dans son lancer frappé. Après l'avoir reçu en pleine poire, Andrew Hammond s'est allongé sur la glace un moment.

«La rondelle a davantage frappé la grille de mon masque. Oui, ça m'a sonné un moment. Mais la douleur s'est vite estompée. J'ai bien davantage eu peur de ne plus pouvoir utiliser mon masque de la soirée.»

Le fameux masque sur lequel est peinte l'ancienne mascotte des restaurants McDonald's commence à prendre de l'âge. Il aurait subi quelques bris dans les dernières semaines.

Tandis que le thérapeute athlétique Gerry Townend s'assurait que Hammond n'était pas dans les vapes, les préposés à l'équipement ont effectué des réparations d'usage.

«En fin de compte, ce n'est pas compliqué. Il y avait de la circulation devant mon filet. Je n'ai jamais vu venir le lancer. Je n'aurais pas pu l'éviter. Je ne suis pas blessé. Tout est beau. On passe au prochain match», complète Hammond.

Le prochain match, c'est dimanche soir. Les Flyers de Philadephie seront de passage au Centre Canadian Tire.

Malgré leurs deux victoires de la fin de la semaine, les Sénateurs demeurent pour l'instant à cinq points des Bruins de Boston et d'une place en séries éliminatoires.

«Nous allons continuer à nous battre jusqu'à la fin, promet Mika Zibanejad. Nous n'avons pas le choix. Nous n'avons rien d'autre à faire. On verra bien jusqu'où notre détermination pourra bien nous mener.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer