Anderson accepte son sort

Craig Anderson... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MONTRÉAL) Dave Cameron a décidé avant de quitter Ottawa, mercredi midi, que Andrew Hammond obtiendrait le départ face au Canadien.

Craig Anderson n'a pas rouspété.

«Ça se comprend. Dans le hockey, tout se mérite. Hammer a fait du super boulot depuis son arrivée. Il mérite d'obtenir cette nouvelle opportunité de jouer. Je l'ai eue, ma chance. Dans le dernier match, j'ai commis quelques erreurs de trop. Si j'avais arrêté la rondelle avec mes dents, si j'avais joué aussi bien que Tuukka Rask, je pourrais me plaindre et exiger d'obtenir cet autre départ. Malheureusement, ça ne s'est pas passé ainsi», a résumé le vétéran gardien avec humilité.

«Nous connaissons tous de moins bonnes soirées. Nous sommes humains. Ce sont des choses qui peuvent arriver. Durant une mauvaise soirée, un défenseur peut chuter six fois sans raison particulière dans son territoire. Le défenseur est chanceux, dans un sens. La lumière rouge ne s'allume pas chaque fois qu'il tombe», a-t-il ajouté.

Anderson maintient que sa main droite n'est pas complètement guérie. Il entend continuer à jouer, malgré un certain inconfort, pendant un certain temps.

Il ne sait toujours pas s'il sera d'office, vendredi soir, quand les Sénateurs disputeront un deuxième match en autant de soirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer