Un débat à finir

EK ou P.K.?

P.K. Subban et Erik Karlsson sont deux des... (Photos Bernard Brault, La Presse et Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

P.K. Subban et Erik Karlsson sont deux des défenseurs les plus électrisants de la LNH.

Photos Bernard Brault, La Presse et Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MONTRÉAL) Le débat déchire les chaumières depuis cinq longues années. Il semble plus brûlant que jamais.

EK ou P.K.?

Le défenseur numéro un des Sénateurs, tout comme celui du Canadien, a connu une première moitié de saison franchement moyenne. Erik Karlsson, comme P.K. Subban, a bien su rebondir. D'ici la fin de la saison, les deux athlètes d'exception vont lutter avec Kristopher Letang et Brent Burns pour l'obtention du titre de meilleur défenseur offensif de la LNH.

Alors... EK ou P.K.? Qui est le meilleur?

Les experts qui ont eu la chance de les voir grandir se rapprochent d'un consensus.

Le génie

Le capitaine des Sénateurs est supérieur sur le plan offensif.

«Il voit des choses sur la patinoire que personne d'autre ne peut voir. Il a le QI de hockey le plus élevé dans la ligue. À ce niveau, Karlsson est dans une classe à part», croit Jason York.

Cet ancien défenseur des Sénateurs fait aujourd'hui carrière dans le monde des médias. Il animait jusqu'à l'an dernier une émission quotidienne sur les ondes de TSN 1200 à Ottawa. Depuis le mois d'octobre, il suit davantage Subban, à titre d'analyste lors des matches du Canadien sur les ondes de Sportsnet.

Si Karlsson est meilleur à l'attaque, comment peut-on expliquer le fait que les statistiques de Subban soient comparables?

«Subban joue avec une meilleure équipe», réplique du tac-au-tac le commentateur du Réseau des sports (RDS) Norman Flynn.

«Si Karlsson avait eu la chance d'évoluer à la belle époque de Dany Heatley, Daniel Alfredsson et Jason Spezza, il aurait fait un malheur. Dans ce temps-là, les Sénateurs ne comptaient pas sur un défenseur comme lui. Aujourd'hui, ils misent sur un véritable quart-arrière. À l'exception de Bobby Ryan, ils ne comptent plus un seul joueur de premier trio dans leur alignement.»

«La vision du jeu de Karlsson est nettement supérieure à celle de Subban. Pour moi, ça fait toute une différence. Les deux sont capables de passer deux minutes sur la glace durant une supériorité numérique, mais Karlsson profite souvent de ces minutes pour créer davantage d'opportunités de marquer.»

À l'attaque, le quart-arrière des Sénateurs est donc supérieur à celui du Canadien.

Le cheval de trait

C'est dans les autres facettes du jeu que Subban remporte la palme.

«Pour ce qui est de la robustesse, P.K. est supérieur», commente le troisième expert que nous avons consulté pour les besoins de ce reportage.

Il s'agit d'un dépisteur qui est rattaché à une formation de l'Association Est de la LNH.

«Je crois que les gens sous-estiment parfois Karlsson. Il est plus fort physiquement qu'on pense», croit notre dépisteur.

Nos trois spécialistes arrivent à la même conclusion.

«Ce n'est pas compliqué. Subban pèse 215 livres. Karlsson n'a jamais pesé plus de 180 livres», illustre Jason York.

«Subban, c'est un cheval. Il peut changer le cours d'une période ou même d'un match au grand complet lorsqu'il décide de compléter une grosse mise en échec», souligne Norman Flynn.

Au fil du temps, Karlsson et Subban sont devenus d'importants leaders au sein de leurs formations respectives. On remarque toutefois que Karlsson a su élever son jeu d'un cran depuis l'arrive du nouvel entraîneur, Dave Cameron. «On gère son temps d'utilisation mieux. Il en tire profit», croit notre dépisteur.

«P.K.? C'est P.K. Peu importe l'entraîneur, il fait à sa tête.»

Statistiques en saison régulière

Erik Karlsson

380 PJ, 79-208-287 PTS (-26)

Statistiques dans les 25 dernières parties: 9-13-22 PTS (+9)

Statistiques en séries éliminatoires: 23 PJ 3-12-15 (-4)

  • Lauréat du trophée Norris en 2012
  • Médaillé d'argent aux Jeux de Sotchi, huit points amassés dans les six parties auxquelles il a participé
  • Première équipe d'étoiles de la LNH en 2012, équipe d'étoiles des Jeux olympiques de 2014, défenseur par excellence des Jeux olympiques de 2014.
  • Sous contrat jusqu'en 2019, salaire annuel moyen de 6,5 millions $ US.

P.K. Subban

351 PJ, 54-162-216 PTS (+25)

Statistiques dans les 25 dernières parties: 3-18-21 PTS (+6)

Statistiques en séries éliminatoires: 43 PJ, 10-20-30 (0)

  • Lauréat du trophée Norris en 2013.
  • Médaillé d'or aux Jeux de Sotchi, aucun point amassé dans le match auquel il a participé.
  • Première équipe d'étoiles de la LHOntario en 2009, équipe d'étoiles des recrues de la Ligue américaine en 2010, première équipe d'étoiles de la Ligue américaine en 2010, première équipe d'étoiles de la LNH en 2013.
  • Sous contrat jusqu'en 2022, salaire annuel moyen de 7 millions $ US.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer