Retour victorieux pour Craig Anderson

Craig Anderson a stoppé Josh Jooris en fusillade... (Fred Chartrand, La Presse Canadienne)

Agrandir

Craig Anderson a stoppé Josh Jooris en fusillade pour donner la victoire aux siens.

Fred Chartrand, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Craig Anderson effectuait son grand retour devant le filet des Sénateurs d'Ottawa après une absence de presque sept semaines. Ses coéquipiers ont tout fait pour lui rendre la tâche la plus difficile possible.

Bonne nouvelle: Anderson a passé le test. Pendant les 65 minutes de jeu, il a effectué 42 arrêts. Il a stoppé quatre rondelles de plus lors des tirs de barrage pour mener son équipe à une victoire de 5-4 contre les Flames de Calgary.

Deuxième bonne nouvelle: le gardien de buts numéro un a survécu. «Une chance qu'il n'est pas allergique au caoutchouc. Il serait mort ce soir», a lancé l'entraîneur-chef Dave Cameron, quand est venu le temps de parler de la performance de celui qui a fait face à 24 lancers durant la seule troisième période.

Anderson pourrait maintenant affronter les Bruins de Boston, mardi, dans le match le plus important de la saison 2014-15. «On verra comment je me sentirai après une nuit de sommeil. Jusqu'à maintenant, je ne vois pas ce qui pourrait m'empêcher d'être à mon poste.»

Cameron amer

Durant sa conférence de presse d'après-match, Cameron a été capable de blaguer quand est venu le temps de parler d'Anderson.

Sinon, il était plutôt amer.

Son équipe détenait une avance de quatre buts au deuxième entracte. Alex Chiasson, Milan Michalek, Mark Borowiecki et Mike Hoffman avaient marqué. L'entraîneur-chef des Flames, Bob Hartley, avait rappelé son gardien débutant Karri Rämö au banc.

En relève, Jonas Hiller a été parfait... jusqu'à la fusillade. Erik Karlsson a enfilé le but décisif.

Dans la Ligue nationale de hockey, une équipe ne devrait jamais laisser filer une avance de quatre buts. Encore moins quand il ne reste que 20 minutes à jouer.

«J'ai l'impression que nous avons commencé à l'échapper dans les quatre dernières minutes de la deuxième période. Durant l'entracte, j'ai bien prévenu mes joueurs du danger. Les Flames ont connu plus de succès que quiconque cette saison en troisième période. Ils ne m'ont visiblement pas écouté. Ils ont cru que ce serait facile. Ils ont continué à jouer dans le simple but d'améliorer leurs statistiques personnelles...»

«Nous sommes une jeune équipe. J'espère que nous allons retenir cette leçon. Il faudra y voir, parce que ce n'est pas la première fois que nous laissons filer une avance de cette manière», souligne Cameron.

Anderson a réussi ses plus gros arrêts de la partie au début du troisième tiers. Sous pression, il a éventuellement flanché. Joe Colborne a marqué le premier. Kris Russell, le deuxième. Mikael Backlund, le troisième. Russell a récidivé pour forcer la tenue de la prolongation.

«À la fin de la journée, ce qui compte, c'est que nous avons récolté les deux points dont nous avions besoin. Les fans sont restés sur le bout de leur siège jusqu'à la fin. Ils en ont eu pour leur argent», plaide Anderson.

Il n'y avait pourtant que 16480 partisans au Centre Canadian Tire. Une bien petite foule, considérant que le club local est de retour dans la course aux séries éliminatoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer