Les Sénateurs ne veulent pas baisser la garde

«Il va donc falloir s'assurer que les gars... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«Il va donc falloir s'assurer que les gars soient prêts une fois que la rondelle va être mise au jeu», affirme l'attaquant Bobby Ryan.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après leur meilleur voyage de cinq parties depuis le mois de février 2009, quand ils avaient aussi présenté une fiche de 4-0-1 rappelle le Elias Sports Bureau, les Sénateurs rentrent à la maison vendredi pour se mesurer au pire club de la LNH, les Sabres de Buffalo.

Après leur balayage de la Californie puis leur défaite en fusillade au Minnesota et leur gain le lendemain à Winnipeg, la troupe du dg Tim Murray devrait représenter une proie facile considérant qu'elle s'est vidée de plusieurs de ses meilleurs éléments lors de la dernière période de transactions, incluant ses deux gardiens, Michael Neuvirth et Jhonas Enroth.

Avant de rentrer dans la capitale tard dans la nuit de mardi à mercredi, les Sénateurs assuraient cependant qu'ils ne tiendraient pas les deux points de classement pour acquis contre une équipe alignant plusieurs joueurs de la Ligue américaine.

«C'est un de ces matches où vous rentrez à la maison pour obtenir une journée de congé, mais vous ne voulez quand même pas perdre votre momentum. Il faut faire attention à une baisse des émotions. En tant que leaders, il va donc falloir s'assurer que les gars soient prêts une fois que la rondelle va être mise au jeu», affirmait l'attaquant Bobby Ryan, qui tentera de poursuivre une série de deux parties de suite avec un but.

«On va s'en parler dès la pratique matinale afin que tout le monde soit alerte et qu'on traite ce match comme si c'était n'importe qui d'autre», a-t-il ajouté.

Les Sénateurs ont subi un revers de 5-4 en prolongation le 12 décembre dernier à Buffalo, avant de l'emporter 5-2 à domicile le 29 décembre et 2-1 au HSBC Centre le 10 février dernier.

Le gardien Andrew Hammond ne sait pas s'il sera d'office pour ce match. «Je n'ai aucune idée de ce qui va arriver vendredi, a-t-il dit. Mais de match en match, je sens que je peux donner un bon effort. Si l'entraîneur appelle mon nom, je vais être prêt.»

Legwand achète le Sting

Le centre des Sénateurs David Legwand a vu son achat du Sting de Sarnia, de la Ligue de hockey de l'Ontario, avec son ami Derian Hatcher être approuvé cette semaine par le Bureau des gouverneurs du circuit Branch.

Âgé de 34 ans, l'Américain originaire de Détroit prépare ainsi son après-carrière, même s'il entend jouer encore quelques saisons.

«C'est surtout Darian qui va s'en occuper. Pour moi, ça va être quelque chose d'amusant pendant la saison morte et je vais pouvoir les regarder jouer sur Internet. Il y a quelques bons jeunes espoirs dans cette équipe. Je suis un peu un rat d'aréna, j'aime me tenir là et quand on va à l'aréna, on veut gagner... Je ne sais pas trop ce que je vais faire quand je vais avoir fini de jouer, on verra. Il me reste quelques années à jouer. Je suis contrat l'an prochain, puis après, il pourrait y avoir une expansion dans la ligue», a-t-il indiqué.

L'ancien des Whalers de Plymouth a indiqué que le directeur général ick Sinclair et l'entraîneur-chef Trevor Letowski conservent leurs postes jusqu'à nouvel ordre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer