La fatigue n'affecte pas Karlsson

Erik Karlsson... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Karlsson

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(WINNIPEG) Au retour d'un voyage de neuf jours en Californie, au Minnesota et au Manitoba, Erik Karlsson aurait bien pris une petite soirée de congé aujourd'hui à son retour dans la capitale.

Lui et ses coéquipiers ont bien obtenu congé d'entraînement à leur retour de Winnipeg aux petites heures du matin, mais il n'était cependant pas question de rater le rendez-vous de ce soir alors que la Ville d'Ottawa tiendra une cérémonie privée à l'hôtel de ville pour présenter les clés de la municipalité à l'ancien capitaine du club, Daniel Alfredsson.

«Ouais, le moment a été bien choisi pour ça», a-t-il soupiré mercredi matin.

«Mais c'est évident que nous allons y être, c'est une soirée amusante qui va nous permettre de penser à autre chose qu'au hockey pour un moment et ça va être bien de le voir à nouveau. Il (Alfredsson) était ici il n'y a pas si longtemps (lors de l'annonce de sa retraite officielle en décembre dernier), mais c'est toujours un visage qu'on aime revoir», a-t-il poursuivi plus sérieusement.

Vivement un peu de repos

Avant d'affronter les Jets de Winnipeg au lendemain d'une rencontre où il avait passé plus de 35 minutes sur la glace, Karlsson a avoué qu'il ressentait un peu de fatigue.

«Je ne mentirai pas, je suis un peu fatigué ce matin. Le voyage a été long, mais ça aide que l'on ait connu du succès. C'est une bonne affaire qu'on ne joue pas le matin. Tout va rentrer dans l'ordre d'ici à ce soir», avait-il mentionné.

Lors de l'affrontement contre le Wild, Karlsson a notamment eu une présence sur la glace de plus de 3:30 minutes, commencée sur le jeu de puissance avant que le jeu ne se transporte dans sa zone pour une longue attaque du Minnesota.

«Idéalement, je ne jouerais pas 35 minutes, mais nous sommes au point où on ne peut pas penser au match suivant, il faut essayer chaque match que nous jouons à ce moment-là.»

- Erik Karlsson

Karlsson, le troisième joueur le plus utilisé dans la LNH après Drew Doughty (29:25 minutes/match) et Ryan Suter (29:10) avec une moyenne de 27:06 minutes avant mercredi soir, n'a pas peur de manquer d'énergie dans le dernier droit de la saison. Pas question de doser celles-ci alors que son équipe a repris espoir de participer aux séries.

«Idéalement, je ne jouerais pas 35 minutes, mais nous sommes au point où on ne peut pas penser au match suivant, il faut essayer chaque match que nous jouons à ce moment-là. On fait ce qu'on a à faire pour y arriver et on compose avec demain, demain», a noté le meilleur compteur des Sénateurs avec 48 points, dont 15 buts.

Quand il s'est fait demander ce que cela représentait que de jouer 35 minutes dans un match qui en a compté 65, Karlsson a rétorqué: «Ça dépend de match en match. (Mardi), je me sentais très bien. On avait eu congé dimanche et on avait juste pratiqué lundi, donc le corps était dans la meilleure forme qu'il l'a jamais été. Dans le moment, vous ne le réalisez pas. Je ne pense pas que ça va me rattraper avant la fin de la saison. C'est alors que vous pouvez laisser votre corps relaxer. Pendant la saison, vous continuez d'avancer et à l'heure actuelle, je ne me sens pas bien différent [de mardi].»

Espoir

Son partenaire Marc Méthot faisait pour sa part remarquer qu'avec leurs récents succès, les Sénateurs ont repris espoir de participer aux séries: «L'objectif quand tu commences la saison est d'être des séries et présentement, il y a de l'espoir. On connaît une bonne séquence, on joue du bon hockey avec de bonnes performances de notre gardien. On ne sait jamais, tout peut arriver», a-t-il affirmé.

Cowen encore au rancart

Affaibli par un virus qui court dans le vestiaire des Sénateurs, le défenseur Jared Cowen n'a pas été en mesure de reprendre sa place dans l'alignement mercredi soir contre les Jets.

Il a patiné en solitaire en matinée, mais cet entraînement n'a pas dû être concluant vu qu'il n'a même pas pris part à la séance de réchauffement. Les trois paires de défenseurs sont donc demeurées les mêmes, Cowen ayant auparavant purgé une suspension de trois parties.

Contre les robustes Jets, Dave Cameron avait décidé de remplacer Matt Puempel par Colin Greening sur son quatrième trio, ce qui s'est avéré le seul changement à l'alignement vu que Craig Anderson a finalement déclaré forfait comme gardien partant.

Stone chez lui

Les Sénateurs ont passé moins de 24 heures à Winnipeg, ce qui ne donnait pas beaucoup de temps à l'attaquant Mark Stone pour voir parents et amis dans son patelin.

La recrue attendait cependant quelques amis de son équipe midget AAA qui avait connu une saison de rêve en 2007-2008, gagnant toutes ses parties en saison régulière ainsi qu'en séries avant de subir sa seule et unique défaite en finale du championnat national pour la coupe Telus qui avait eu lieu à Arnprior.

«On avait tout gagné en saison et en séries dans l'Ouest, puis on avait gagné nos six premiers matches du tournoi avant de "pondre un oeuf" en finale. Ça avait été quand même une belle année et je n'oublierai jamais les gars avec qui j'ai joué lors de cette saison. Nous ne sommes que trois dans les rangs professionnels, mais cette équipe se tenait vraiment bien», a-t-il raconté mercredi matin. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer