Un voyage presque parfait

Andrew Hammond a été renvoyé dans la mêlée... (Bruce Fedyck, USA TODAY Sports)

Agrandir

Andrew Hammond a été renvoyé dans la mêlée quand le cerbère numéro un a déclaré forfait en matinée, une décision qui a rapporté gros puisqu'il a encore une fois excellé dans une victoire de 3-1 aux dépens des Jets de Winnipeg.

Bruce Fedyck, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec une mention d'assistance à Craig Anderson, un autre chapitre de l'histoire improbable d'Andrew Hammond devant le filet des Sénateurs d'Ottawa a pu s'écrire mercredi soir au MTS Centre.

Le «Hamburglar» a été renvoyé dans la mêlée quand le cerbère numéro un a déclaré forfait en matinée, une décision qui a rapporté gros puisqu'il a encore une fois excellé dans une victoire de 3-1 aux dépens des Jets de Winnipeg.

Les Sénateurs complétaient ainsi leur voyage de cinq parties en neuf jours avec une fiche presque parfaite de 4-0-1 et Hammond a repoussé 159 tirs sur 164 au cours du périple, un taux d'efficacité incroyable de ,970!

Ils s'approchent du même coup à quatre points des Bruins de Boston et du dernier rang donnant accès aux séries dans l'Est, tout en ayant deux parties à jouer contre un ainsi qu'un match de plus à jouer.

Il s'en vient impossible pour l'entraîneur-chef Dave Cameron de le retirer du filet, ce qu'il envisageait pourtant de faire en matinée.

«Après des performances comme ça, tout ce qu'il a fait dans ce voyage, il me fait certainement paraître comme un bon entraîneur», a lancé Cameron après le match, disant cependant qu'il est trop tôt pour dire qu'il sera devant le filet au retour à domicile de son club, demain lors de la visite des Sabres de Buffalo.

Kyle Turris a ouvert le pointage au premier vingt, puis Bobby Ryan et Erik Condra ont compté coup sur coup à moins de trois minutes d'intervalle en milieu de deuxième tiers pour chasser le gardien des Jets Michael Hutchinson, qui était invaincu à ses huit dernières sorties (5-0-3).

Le coussin a été suffisant pour Hammond, qui devait pourtant obtenir congé lors de ce deuxième match en 24 heures. Il n'a cédé que devant Michael Frolik à la sixième minute du troisième tiers.

Dans un épisode assez bizarre en début de journée, Cameron avait annoncé qu'il donnait le départ à Anderson, disant vouloir «utiliser sa profondeur» pour justifier sa décision de reléguer Hammond au banc même s'il n'avait toujours pas perdu en temps réglementaire.

Mais une dizaine de minutes plus tard, après avoir consulté son soigneur et Anderson dans un couloir de l'hôtel où le club est descendu, Cameron est revenu vers les journalistes annoncer que Hammond allait jouer finalement, qu'Anderson «ne se sent pas tout à fait à l'aise» avec sa main droite blessée il y a six semaines.

Un épisode qui était ni plus ni moins l'inverse de celui qui voyait ses coéquipiers supplier Dominik Hasek de revenir au jeu lors des séries de 2006, sans succès.

«Vous êtes tellement de bons journalistes que je l'ai appris par vous (sur Twitter), avant d'avoir un appel de Rick Wamsley (l'entraîneur des gardiens). Ça n'a rien changé pour moi, je me prépare de la même façon que j'obtienne le départ ou non... Et jouer deux parties en deux soirs, on est habitué à ça dans la Ligue américaine», a-t-il noté.

Son meilleur arrêt de la soirée a probablement été sur un retour de la bande où il a frustré Andrew Ladd. Il a joué un peu de chance quand Jiri Tlusty a frappé un poteau en deuxième période alors qu'il avait une cage béante devant lui.

Les exploits de "Hammy"

Kyle Turris ne savait plus trop quoi dire au sujet d'Andrew Hammond après un autre vol du «Hamburglar».

«Quel voyage incroyable pour nous. "Hammy" se tient sur la tête pour nous. Je ne peux expliquer à quel point il joue bien, c'est incroyable. On l'aide un peu. On accorde des premières chances de qualité, mais on fait un assez bon travail pour limiter les deuxièmes opportunités. L'offensive produit, tout le monde joue bien... Honnêtement, je ne peux pas dire si c'est son meilleur match, il a quand même blanchi Los Angeles et Anaheim deux soirs de suite», a souligné l'auteur du premier but des Sénateurs dans ce gain de 3-1.

L'attaque d'Ottawa a également été opportuniste lors de cette rencontre, Bobby Ryan capitalisant en avantage numérique quand il a reçu une superbe passe de Zibanejad tandis qu'Erik Condra a ajouté un but d'assurance sur des passes de Mark Stone et Turris.

«On joue de la bonne façon et nous sommes récompensés pour le travail effectué depuis une couple de mois. Nous sommes sur une lancée et qui sait où ça va nous mener. Nous sommes rendus à quatre points de Boston, c'est un peu fou et on ne sait jamais ce qui peut arriver. Ce match était difficile, ils ont tenté de nous brasser, mais on dirait que ça nous a réveillés», soulignait Condra.

Les performances des deux dernières semaines sont d'autant plus impressionnantes qu'un virus se promène dans le vestiaire. Ryan en a été victime, même s'il n'a pas raté de partie et qu'il a même marqué des buts à ses deux dernières sorties.

«Nous étions un peu fatigués d'avoir été sur la route, avec quelques gars malades. Mais on a puisé dans nos réserves pour trouver un moyen de l'emporter, avec "Hammer" qui a tout arrêté encore une fois. Nous avons fait beaucoup de bonnes choses. Je ne sais pas si c'était imaginable de ramasser neuf points sur 10 lors de ce voyage, mais c'était possible et on l'a fait. Nous sommes dans la conversation pour participer aux séries maintenant», a raconté Ryan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer