Anderson devra se contenter du banc

Impossible de retirer Andrew Hammond de l'alignement partant.... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Impossible de retirer Andrew Hammond de l'alignement partant. Depuis le début de sa jeune carrière dans la LNH, la recrue de 27 ans totalise cinq victoires, aucune défaite, une moyenne de buts alloués de 1,00 et un taux d'efficacité de 96,8%.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Une bonne nouvelle pour entreprendre la semaine. La blessure de Craig Anderson, c'est du passé.

Après avoir consacré cinq longues semaines à soigner sa main droite, le gardien de buts numéro un sera enfin capable d'enfiler son uniforme, demain soir, lorsque les Sénateurs d'Ottawa rendront visite au Wild du Minnesota.

Ne le cherchez cependant pas trop longtemps devant le filet. Il sera derrière le banc, dans le rôle de la doublure.

Après la semaine qu'il vient de connaître, comment pourrait-on écarter Andrew Hammond?

La recrue de 27 ans a vécu sa première déception dans la Ligue nationale de hockey, samedi soir. Sur la patinoire du SAP Center de San Jose, il a été déjoué par le centre des Sharks Tommy Wingels dans la troisième minute de la partie.

S'il avait réussi à tenir le coup durant une dizaine de minutes, encore, Hammond aurait fracassé le record du plus grand nombre de minutes consécutives sans allouer un but devant le filet des Sénateurs.

«J'étais vaguement au courant qu'un record était à ma portée, mais je ne savais pas exactement combien de temps je devais résister. Si je suis déçu? À la fin de la journée, les blanchissages, c'est bien agréable. La victoire, c'est encore plus important. Ça ne me dérange pas trop d'allouer des buts tant et aussi longtemps que mon équipe gagne», a-t-il résumé devant la caméra de Sens TV.

Hammond est donc un homme comblé. Il a permis aux Sénateurs de signer une cinquième victoire d'affilée. Il a réussi 28 arrêts pour leur permettre de signer une victoire de 4-2 contre les Sharks.

Balayage en Californie

Les Sénateurs ont donc été parfaits durant leur semaine en Californie. Victoire à Anaheim, victoire à Los Angeles, victoire à San Jose. Ce n'est pas un mince exploit. Depuis leur arrivée dans la LNH, en 1992, ils n'avaient jamais réussi un balayage dans le Golden State.

«Il n'est vraiment pas facile de gagner sur la côte ouest, croit Erik Karlsson. Les équipes ici ont un style différent, un style qui leur est propre. Ils misent sur la robustesse.»

«Il faut quand même prendre le temps de souligner le travail de Hammer, qui a quand même fait du bon boulot», enchaîne le capitaine.

Hammond conserve donc une fiche parfaite de 5-0-0 cette saison. Durant ses cinq départs, il a conservé une moyenne de buts alloués de 1,00 et un taux d'efficacité de 96,8%.

À San Jose, il a surtout été utile au début de la rencontre. «Les Sharks ont commencé le match en force. Ça n'a pas nécessairement été notre cas», a noté Karlsson.

Au deuxième entracte, le club en turquoise détenait toujours une avance d'un but. Patrick Marleau avait inscrit le deuxième but durant une attaque massive.

En profitant aussi d'une supériorité numérique, Karlsson avait inscrit son 15e but de la saison. Grâce à ce but, les visiteurs demeuraient dans le match.

Les autres recrues des Sénateurs ont pris les choses en main au troisième tiers. Mark Stone a inscrit le but égalisateur. Mike Hoffman s'est chargé du reste. Il a inscrit le but de la victoire durant une supériorité numérique. Il a complété son doublé dans un filet désert.

Il s'agissait de son premier but en supériorité numérique cette saison.

«Ça fait du bien d'enfin contribuer dans les unités spéciales. On va pouvoir arrêter d'en parler», a-t-il dit après le match.

Parce qu'Anderson est prêt à reprendre son poste, Chris Driedger a été renvoyé à son club de la East Coast League, hier après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer