Cowen suspendu trois matches

Jared Cowen.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Jared Cowen.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vingt-trois joueurs se sont envolés vers la Californie, hier après-midi. Vingt-deux d'entre-eux pourraient participer aux matches contre les Ducks, les Kings, les Sharks. Le 23e, Jared Cowen, devra se contenter d'un rôle de spectateur.

Juste au moment où il s'apprêtait à mettre le cap sur l'aéroport, Cowen a reçu une mauvaise de nouvelle du Bureau du préfet de discipline de la LNH. Il est suspendu pour les trois prochains matches.

Le préfet de discipline Stéphane Quintal n'a pas aimé sa mise en échec sur l'attaquant des Panthers de la Floride Jussi Jokinen dans le match de samedi.

« Je suis déçu. Trois matches... Je crois que c'est un peu sévère », a réagi le défenseur géant des Sénateurs.

La deuxième période venait à peine de débuter, samedi, lorsque Cowen a frappé Jokinen.

Le Finlandais venait de franchir la ligne bleue. Il a laissé la rondelle derrière lui, à l'intention de son coéquipier Jimmy Hayes. Il regardait toujours par-dessus son épaule lorsqu'il a été frappé.

Les officiels qui se trouvaient sur la patinoire n'ont pas jugé, à ce moment-là, qu'il s'agissait d'une mise en échec dangereuse. Ils n'ont pas cru que Cowen visait la tête de son adversaire. Ils lui ont décerné une simple pénalité mineure pour obstruction parce qu'ils jugeaient que le coup était survenu un peu tardivement.

« Là-dessus, je suis d'accord. C'était une mise en échec un peu tardive. Je ne pensais pas que c'était un coup à la tête. Mais, comme pour bien des choses dans la vie, mon opinion importe peu », commente Dave Cameron.

« J'essayais juste de faire mon travail, plaide Cowen. J'essaie d'être un hockeyeur robuste. Je n'ai blessé personne. Je n'ai jamais voulu blesser un adversaire. Mais bon... Ce qui est fait est fait. La décision a été prise. Je ne peux plus rien y faire, maintenant. »

VICTIME DE SON PASSÉ ?

En ratant les trois prochaines parties, Cowen devra renoncer à une somme d'environ 115 000 $ US. Cette somme, tirée de son chèque de paie, sera versée dans le fonds d'aide d'urgence aux membres de l'Association des joueurs.

Cowen est déçu de la décision de Quintal. La perte financière lui fait mal. Par-dessus tout, il a l'impression d'être victime de son passé.

Il s'agit de sa deuxième suspension en carrière. La première était survenue dans un match à Buffalo, le 10 décembre 2013. Le jeune attaquant letton des Sabres Zemgus Girgensons avait été sa victime.

« Je suis convaincu à 100 % que cette première infraction ne m'a pas aidé. Ça fait longtemps. Je ne pense pas que la ligue devrait retenir des incidents qui sont survenus dans des saisons précédentes contre nous. Mais bon... Je ne peux pas leur dire comment faire leur travail. C'est comme ça que ça se passe... »

Cowen devrait en principe reprendre sa place dans la formation débutante juste après la date limite des transactions, le 4 mars, au Minnesota.

EN REMPLACEMENT...

Cameron pourra le remplacer sans trop de mal dans sa formation.

Il a toujours six défenseurs en santé à sa disposition. Laissé de côté face aux Panthers, Eric Gryba devrait en principe affronter les Ducks.

Un défenseur pourrait être rappelé de Binghamton à titre de police d'assurance, en cas de blessure. Chris Wideman et Fredrik Claesson seraient les candidats les plus sérieux.

« Il faut respecter la décision de la ligue, croit Marc Méthot. Quand un joueur est suspendu, un autre joueur obtient une meilleure opportunité... »

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer