La surprenante guérison d'Anderson

Sans avertissement, Craig Anderson a sauté sur la... (Candice Ward, Archives USA TODAY)

Agrandir

Sans avertissement, Craig Anderson a sauté sur la patinoire en même temps que tous ses coéquipiers, hier matin.

Candice Ward, Archives USA TODAY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une guérison miracle ? Une guérison un peu surprenante, en tous cas. Sans avertissement, Craig Anderson a sauté sur la patinoire en même temps que tous ses coéquipiers, lundi matin. Il tenait son bâton. Ça n'avait plus l'air de lui poser de problème.

Il a fait face à quelques dizaines de lancers. Il a été capable de survivre à tous les exercices de la séance d'entraînement.

En s'appuyant uniquement sur les performances des trois gardiens qui se trouvaient sur la glace au Sensplex, il aurait été très difficile d'identifier celui qui a passé la dernière semaine sur la liste des blessés.

La guérison d'Anderson tombe surtout à point. Elle lui permettra d'accompagner ses coéquipiers en Californie cette semaine.

« J'ai besoin de me sauver de ce temps glacial », a même lancé le gardien lorsqu'il s'est présenté devant les journalistes avant le départ.

Météomédia prévoit du temps ensoleillé à Los Angeles aujourd'hui. Le mercure devrait s'approcher des 25 degrés Celcius.

« J'ai aussi besoin de sentir que j'appartiens à cette équipe. C'est probablement ce qui m'a le plus manqué dans les dernières semaines. Patiner en solo, c'est lassant », d'ajouter celui qui a raté les 11 dernières parties de son équipe.

DEVANT LE FILET ?

Anderson sera du voyage, donc. Jouera-t-il ?

C'est une très bonne question.

« Craig a réussi à survivre à notre séance d'entraînement. C'est encourageant, mais ça ne veut pas dire qu'il est prêt à jouer. Nous n'allons pas prendre de chances et emmener trois gardiens dans l'ouest », a fait savoir l'entraîneur-chef Dave Cameron.

« Je me sens bien, mais je ne suis pas au sommet de ma forme. J'ai encore quelques petits problèmes à régler. Pour l'instant, je me réjouis en me disant que j'évolue dans la bonne direction », confirme Anderson.

Andrew Hammond pourrait donc obtenir un troisième départ consécutif, demain soir, au Honda Center d'Anaheim. Chris Driedger pourrait bien le seconder.

Le gardien de but numéro un aura tout le loisir d'effectuer son retour au jeu plus tard. Après avoir visité les Ducks, les Sénateurs d'Ottawa poursuivront leur voyage en affrontant les Kings de Los Angeles, les Sharks de San Jose, le Wild du Minnesota et les Jets de Winnipeg.

Les Sénateurs ne rentreront pas en ville avant le 5 mars.

Anderson s'est infligé sa blessure à la main droite dans le dernier match qui a précédé la pause du Match des étoiles, une victoire de 4-3 contre les Maple Leafs de Toronto, le 21 janvier dernier.

Selon les règlements d'équipe, les blessés ne discutent pas avec les représentants des médias. Le gardien américain, joueur par excellence de son équipe durant la première moitié de la saison, n'avait donc jamais eu la chance de s'expliquer.

Il l'a finalement fait, hier.

« C'est juste une ecchymose, mais une bonne ecchymose. C'était un très bon lancer. La rondelle m'a frappé au pire endroit possible », explique-t-il.

DE LA « FOUTAISE »

Selon une rumeur, Anderson aurait pu éviter cette blessure s'il avait remplacé son bloqueur plus récent. Comme plusieurs autres athlètes, il recherche avant tout le confort. Ça pourrait le pousser à garder certaines pièces d'équipement un peu trop longtemps.

Foutaise, répond-t-il.

« J'ai simplement été victime d'un malheureux accident. Il n'y a rien qui cloche avec mon équipement. J'ai arrêté des lancers toute ma vie. J'utilise des gants de marque Brian's depuis quatre ans. C'est la première fois que je me blesse. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer