Acheteurs ou vendeurs?

Les Sénateurs, menés par Kyle Turris, ont ajouté... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Les Sénateurs, menés par Kyle Turris, ont ajouté une victoire à leur fiche, samedi lors de la visite des Pantheurs. Ils jouent si bien dernièrement qu'on se demande si leurs espoirs de participer aux séries sont bel et bien morts.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nous sommes à une semaine, jour pour jour, de la date limite des transactions. Le plan d'attaque des Sénateurs d'Ottawa doit être arrêté.

Sauf que...

«J'espère que nous avons donné un peu de matière à réflexion à nos dirigeants avec nos plus récentes performances», lance Kyle Turris.

Les Sénateurs ont signé une deuxième victoire consécutive, samedi soir. Ils ont vaincu les Panthers de la Floride 4-1 au Centre Canadian Tire.

Cette victoire a mis un terme à une autre semaine des plus encourageantes. Dans leurs six dernières parties, jouant sans grande pression, ils ont conservé une fiche de 4-1-1.

Ils sont encore assez loin des séries. Ils accusaient hier matin un retard de sept points sur les Bruins de Boston, détenteurs du huitième rang dans l'Association Est.

Sept points, à cette période de l'année, c'est gros. Toutefois, quand on pense que les Sénateurs se trouvaient à 14 points d'une place en séries au début du mois, il faut conclure qu'ils ne sont pas encore complètement morts.

«On ne sait jamais... Si nous pouvons continuer à gagner des matches contre des équipes qui nous devancent au classement, nous pourrions donner le goût à nos dirigeants de modifier leur plan d'ici la date limite», estime Turris.

Le jeune vétéran sait cependant qu'il ne sera pas évident de connaître une troisième semaine gagnante d'affilée. Après avoir profité du confort de leur foyer pendant un certain temps, son équipe retourne sur la route. Ce sera possiblement le plus rude voyage de toute la saison. Malgré le beau temps, personne, dans la LNH, n'aime visiter la Californie.

«Nous savons que tous les matches de ce voyage seront difficiles. Les trois équipes californiennes sont excellentes. Ça ne sera pas plus facile pour nous sur le chemin du retour. Nous allons arrêter au Minnesota ainsi qu'à Winnipeg. Le Wild et les Jets ne sont pas à négliger, non plus. Nous allons aborder ce long voyage comme nous abordons tous les longs voyages. Nous allons y aller un match à la fois. Nous allons donc nous concentrer sur nos prochains adversaires, les Ducks d'Anaheim», fait Turris.

Sur le plan personnel, le centre a toutes les raisons d'aborder le voyage sur la côte ouest avec optimisme. Il a été le meilleur joueur de son équipe, samedi. Il a connu une soirée de trois points. Ça lui fait 10 points à ses huit dernières parties.

Hammond ne déçoit pas

Andrew Hammond a été l'autre principal artisan de la victoire contre les Panthers.

Jeudi, à son premier match complet dans la LNH, le gardien de 27 ans avait réussi 42 arrêts pour vaincre le Canadien de Montréal. Deux jours plus tard, il a été passablement moins occupé. Moins de volume, plus de qualité. Les joueurs de la Floride l'ont poussé à effectuer quelques arrêts très spectaculaires.

«Les lancers difficiles en début de partie m'ont vite plongé dans le bain. J'aime bien les matches dans lesquels je dois me signaler rapidement. Quand je trouve mon rythme rapidement, je suis souvent à l'aise durant toute la soirée.»

Tout porte à croire que Hammond sera l'homme de confiance de Dave Cameron en Californie.

Robin Lehner n'a pas enfilé ses jambières depuis mardi. Craig Anderson aurait patiné avec un bâton samedi matin, mais Cameron ne s'attend pas à ce qu'il soit du voyage.

«J'ai grandi sur la côte ouest. Je connais donc assez bien les équipes que nous allons affronter durant ce voyage», soutient Hammond.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer