Tant pis pour Luongo

Curtis Lazar était mal à l'aise parce que,... (Marc DesRosiers-USA TODAY Sports)

Agrandir

Curtis Lazar était mal à l'aise parce que, pour marquer, il a d'abord bousculé accidentellement Roberto Luongo.

Marc DesRosiers-USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Curtis Lazar était à la fois heureux et - un peu - mal à l'aise.

L'attaquant de 20 ans a marqué son troisième but de la saison, samedi. Il a inscrit le quatrième et dernier but des Sénateurs, celui qui a étouffé les efforts de remontée des Panthers.

Il était heureux parce que son but lui permettait de mettre un terme à une séquence de sept parties sans point.

Il était mal à l'aise parce que, pour marquer, il a d'abord bousculé accidentellement Roberto Luongo.

«C'est drôle. J'ai grandi en Colombie-Britannique. Les Canucks, c'était mon équipe favorite. Luongo était un des joueurs que j'aimais bien. J'ai presque le goût de traverser le couloir pour aller m'excuser», a-t-il déclaré, dans le vestiaire, après la rencontre.

Il souriait. Comme d'habitude.

Lazar a été plutôt discret depuis son retour du Championnat mondial junior. Ses deux dernières parties ont été, probablement, ses meilleures en 2015.

Avec Pageau

Durant ces deux parties, il a été jumelé à Jean-Gabriel Pageau. Coïncidence?

«Il y a des trios qu'un entraîneur n'hésite pas à envoyer dans la mêlée. On les envoie dans la mêlée sans crainte, parce qu'on sait exactement ce qu'il va nous donner. Je me sens à l'aise avec eux parce que je sais qu'ils vont travailler de la bonne façon», commentait Dave Cameron après la partie.

Lazar et Pageau pourraient former un duo régulier en cette fin de saison où Cameron a l'intention d'offrir plus de place aux jeunes. Depuis peu, les deux sont d'ailleurs voisins dans le vestiaire. La complicité s'installe tranquillement sur la patinoire comme à l'extérieur.

«La complicité s'installe entre les trois membres de notre trio, intervient le Gatinois. Erik Condra est un bon mentor pour nous. Il nous donne de bons conseils sur la patinoire. Il nous aide durant la game aussi. Curtis et moi, nous sommes tous les deux prêts à l'écouter. Sur la patinoire, nous essayons de faire les choses tout simplement. Jusqu'à maintenant, ça fonctionne.»

Un treizième attaquant pourrait se greffer aux Sénateurs dans les prochaines heures. Après le match, samedi, Cameron a laissé entendre que Colin Greening pourrait retrouver ses coéquipiers de la LNH pour le voyage en Californie.

Après avoir connu un lent départ chez les Senators de Binghamton, l'ailier de Terre-Neuve serait retombé sur ses pattes. Il a inscrit six points à ses six dernières parties dans la Ligue américaine.

«Je ne sais pas trop s'il a bien joué là-bas. Je n'ai pas eu la chance de le voir à l'oeuvre, je suis trop occupé ici», dit Cameron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer