Lehner retrouve le sourire

Pas besoin de détenir une maîtrise en mathématiques pour comprendre. Les... (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Buffalo) Pas besoin de détenir une maîtrise en mathématiques pour comprendre. Les Sénateurs d'Ottawa avaient encaissé trois revers consécutifs en temps réglementaire. Dans chacune de ces parties, ils avaient marqué seulement un but.

Hier soir, au First Niagara Center, ils en ont marqué deux. Ils ont gagné.

Réagissez dans le blogue de Sylvain St-Laurent 

> Sommaire 

Le deuxième but n'a pas été facile à obtenir. Milan Michalek a brisé l'égalité alors qu'il restait un peu moins de huit minutes à écouler au troisième tiers.

Les cyniques diront que les Sabres ont l'air d'une équipe expansion. Ce n'est pas faux. Ils ont subi 14 revers consécutifs en temps réglementaire entre le 29 décembre et le 30 janvier.

«Une victoire, c'est une victoire. C'est ce qu'il faut retenir, c'est qu'on a gagné. Tout le reste est superflu», croit l'entraîneur-chef Dave Cameron.

Son équipe aurait quand même pu l'emporter plus facilement. Ses joueurs ont fait tout, mais vraiment tout ce qu'ils pouvaient pour rendre les choses intéressantes.

Ils ont clairement oublié de se présenter au début de la deuxième période.

Sans blague.

Pour des raisons qu'ils sont les seuls à connaître, ils ont éprouvé de la difficulté avec le deuxième tiers tout au long de la saison. Celui d'hier a été le pire des pires.

Robin Lehner a été obligé d'effectuer 21 arrêts durant cette période.

Vingt-et-un arrêts. En 20 minutes. Incroyable. Surtout quand on pense qu'il s'agit des Sabres.

Dans leur match précédent, dimanche, ils avaient réussi à lancer tout juste 10 fois en 60 minutes sur le filet des Islanders de New York.

Dans leurs 10 parties précédentes, ils avaient obtenu plus de 20 tirs à seulement cinq occasions.

Robin Lehner a réussi à stopper tous ces tirs, mais il a eu chaud. Deux fois.

D'abord, un bon lancer de Matt Moulson a frappé un poteau. La rondelle s'est ensuite immobilisée sur la ligne rouge des buts.

Plus tard, un tir de Mike Weber s'est frayé un chemin jusque dans le fond du filet. Son but a été refusé. Les officiels ont jugé que Marcus Foligno était dans la bulle de Lehner.

Le gardien des Sénateurs a fini par flancher au début de la troisième période. Durant une infériorité numérique. Tyler Myers, qui s'était surtout signalé jusque-là en frappant tout ce qui bougeait, a été récompensé en marquant d'un lancer de la pointe.

«Je me sens bien depuis un certain temps. Vous le savez. La grosse différence, en ce qui me concerne, c'est que j'ai été un peu chanceux pour une fois. Ça faisait longtemps que la chance ne m'avait pas souri dans un match», a résumé le gardien qui a réussi 35 arrêts, au total, dans cette partie.

Une autre mince consolation au terme d'une soirée difficile. Les Sénateurs ont aussi réussi à marquer un but lors d'une supériorité numérique. Erik Karlsson a mis un terme à une séquence de trois parties sans point en déjouant Jhonas Enroth alors que les Sénateurs avaient l'avantage d'un homme pour la première fois de la soirée, en première période.

L'attaque massive d'Ottawa n'avait rien fait de bon en 13 opportunités dans ses quatre parties précédentes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer