Un jeu de puissance défaillant

Clarke MacArthur obtient ses chances de marquer en... (USA TODAY Sports)

Agrandir

Clarke MacArthur obtient ses chances de marquer en avantage numérique, mais la rondelle refuse de coopérer.

USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(BUFFALO) Comme tout le monde, Clarke MacArthur s'interroge. Il ne comprend pas.

«Les chances de marquer que j'obtiens cette année sont les mêmes chances de marquer que j'obtenais l'an dernier. L'an dernier, je marquais. Cette année, je ne marque pas», constate-t-il.

«J'ai vieilli d'un an. Il me faut peut-être une seconde de plus pour accomplir certaines actions. Je ne sais pas trop...»

MacArthur a pris le chemin de Buffalo avec ses coéquipiers, en fin de journée, hier. Ce soir, quand il affrontera l'équipe qui l'a repêché en 2003, il tentera de mettre un terme à une séquence de huit parties sans but.

Son entraîneur lui donnera toutes les chances de réussir. Encore une fois, il fera partie de la première vague du jeu de puissance.

Le jeu de puissance des Sénateurs d'Ottawa, dans l'ensemble, a beaucoup de choses à prouver.

Il n'a pas généré un seul but à ses quatre dernières parties. Samedi, dans la plus récente défaite contre les Blue Jackets de Columbus, il a été blanchi en trois tentatives.

Depuis le 20 décembre, en réalité, ça ne fonctionne pas fort. En 19 parties, durant cette période, il présente un taux d'efficacité d'environ neuf pour-cent.

Fut un temps, plus tôt cette saison, où l'attaque massive des Sénateurs parvenait à se maintenir dans la moyenne de la Ligue nationale de hockey. Ce n'est plus le cas. Quand ils ont mis le cap sur Buffalo, MacArthur et ses copains présentaient le sixième pire taux de réussite dans la ligue.

Ainsi vont les unités spéciales, ainsi va la saison.

Explications, Monsieur l'entraîneur?

«Dernièrement, je dirais que nous avons été un peu trop lents. Nous nous montrons parfois un peu trop hésitants», estime Cameron.

«Dans un passé pas trop lointain, nous avions de la difficulté à nous installer en zone adverse. Il me semble que nous avons réglé ce problème. Nous parvenons à pénétrer la zone adverse avec la rondelle. Nos joueurs s'installent aux bons endroits.»

Alors, où est le problème?

«Mauvaises décisions prises par le porteur de la rondelle...»

«Parce que notre exécution fait défaut, nous ne parvenons pas à obtenir une deuxième ou une troisième chance de marquer. Je présume que la tension ressentie par nous joueurs peut commencer à nous nuire.»

À cinq contre zéro

Au lieu de compliquer les choses, Cameron cherche ces jours-ci à simplifier les tâches de chacun. Lors de la séance d'entraînement d'hier matin, par exemple, on a vu MacArthur, Bobby Ryan, Mika Zibanejad, Erik Karlsson et Cody Ceci s'entraîner dans un contexte de supériorité numérique à cinq contre zéro.

«Nous avons simplement demandé aux joueurs de marquer des buts. Nous leur avons demandé de mettre la rondelle dans le filet. Ça commence là. Ça peut vous paraître un peu simpliste, mais ce genre d'exercice peut créer un déclic.»

Les Sabres ne représentent pas une puissance dans les unités spéciales. Ils ne sont pas très menaçants, point. Tout porte à croire qu'ils auront la chance de mettre le grappin sur un des surdoués lors du repêchage de juin prochain. Au mieux, ce sera Connor McDavid. Au pire, Jack Eichel.

Un match contre une formation de 30e position, une question de fierté pour les Sénateurs?

«J'ignore si le mot 'fierté' est approprié. Dans nos rencontres d'équipe, aujourd'hui, j'ai bien fait comprendre à mes joueurs qu'ils n'ont pas le droit de prendre quiconque à la légère», maintient Cameron.

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

À lire aussi

  • Lehner retrouve le sourire

    Sénateurs d'Ottawa

    Lehner retrouve le sourire

    Pas besoin de détenir une maîtrise en mathématiques pour comprendre. Les Sénateurs d'Ottawa avaient encaissé trois revers consécutifs en temps... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer