Lehner s'est calmé à moitié

«Un joueur qui affiche ses émotions, c'est correct. Un joueur qui parvient à... (PHOTO FRED CHARTRAND, PC)

Agrandir

PHOTO FRED CHARTRAND, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(BUFFALO) «Un joueur qui affiche ses émotions, c'est correct. Un joueur qui parvient à contrôler ses émotions, c'est encore mieux.»

«Je vais m'en tenir à ces commentaires.»

On sent que Dave Cameron est un peu mal à l'aise face au plus récent accès de colère de Robin Lehner.

Bref retour sur les événements. Après avoir alloué un but douteux aux Blue Jackets, vers la fin du match de samedi, le gardien suédois de 23 ans a lancé son bâton sur la glace en signe de dépit. Quand la sirène finale s'est fait entendre, au moment de quitter la glace, il a brisé le même bâton en l'écrasant contre un de ses genoux.

Cameron aurait donc préféré que Lehner montre un peu plus de retenue. Il aurait possiblement souhaité qu'il attende qu'il franchisse les portes du vestiaire avant d'exprimer toute sa rage face à cette autre performance collective décevante.

Ça s'arrête pas mal là.

L'entraîneur le renverra quand même dans la mêlée, ce soir, contre les Sabres. Pas question - pour l'instant du moins - d'offrir un départ à la recrue Andrew Hammond.

Le soutien de ses coéquipiers

Lehner conserve donc le soutien de son entraîneur. Il a toujours ses coéquipiers dans son coin.

«Sans vouloir vous manquer de respect, les gars, on ne pense même plus à cela. C'était probablement la dernière chose qui m'a traversé l'esprit quand je suis arrivé à l'aréna. Les gars ont le droit de se fâcher après un match. Personnellement, les joueurs émotifs qui se choquent après une défaite ne me dérangent pas du tout. Ceux qui me posent des problèmes sont ceux qui s'en vont se coucher, nonchalants, comme si de rien n'était», affirme Marc Méthot.

«Robin a montré ses couleurs une fois. Ce n'est pas la fin du monde. Un gars qui se défonce chaque soir a le droit de réagir de cette façon une fois de temps en temps», croit pour sa part Clarke MacArthur.

Lehner, lui? Il s'est calmé. Un peu. Il n'est plus furieux. Il est juste de très mauvaise humeur.

Il a l'air d'en vouloir aux représentants des médias en général, d'avoir fait tout un plat de cette histoire.

«Moi, j'ai tout oublié. J'ai déjà oublié cette partie. Je n'ai parlé de cette partie à personne aujourd'hui. Vous êtes les seuls à toujours parler de cette partie. C'est simple. Vous êtes les seuls à nous parler de ça», a-t-il craché.

«La vérité, c'est qu'on fait plein de choses correctement en tant qu'équipe. Il faut juste trouver des façons de faire les choses avec plus de constance. Toutes les équipes d'élite sont passées par là. Nous sommes toujours dans notre phase de reconstruction. Tandis que nous progressons, vous allez nous poser les mêmes questions jour après jour. Je veux juste que les fans réalisent qu'on travaille très fort.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer