Les efforts de Condra rapportent

Cet automne, la carrière de Condra était en... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Cet automne, la carrière de Condra était en péril. Aujourd'hui, le jeune vétéran est dans les bonnes grâces de Cameron.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est souvent question du statut contractuel de Marc Méthot. Les Sénateurs parviendront-ils à s'entendre avec lui d'ici la date limite des transactions?

Chris Neil fait encore plus parler de lui récemment. Il a une fois de plus été le joueur le moins utilisé de son équipe, jeudi. Le pousse-t-on tranquillement vers la sortie?

Pendant ce temps, un troisième joueur vit possiblement, loin des projecteurs, ses dernières semaines dans l'organisation des Sénateurs. Tout comme Méthot, Erik Condra sera joueur autonome sans compensation à la fin de la saison. Une formation qui se dirige vers une participation aux séries et qui s'inquiète de sa fragilité en infériorité numérique pourrait lui tendre une perche.

«Quand j'évalue notre situation, je me dis que plusieurs joueurs pourraient partir», a-t-il réagi dans une conversation, plus tôt cette semaine.

«Je n'ai pas vraiment besoin de me casser les méninges avec ces histoires tout de suite. Il me reste une bonne dizaine de matches à jouer d'ici la date limite des transactions. Je dois aborder cette période avec la tête tranquille», a-t-il enchaîné.

En début de saison, Condra n'aurait pas intéressé bien des directeurs généraux, cet automne, quand il a participé à seulement six des 20 premières parties des Sénateurs.

Alors qu'on le croyait fichu, il est revenu. Dans les dernières semaines, Dave Cameron a envoyé plusieurs attaquants réfléchir sur la galerie de la presse. David Legwand a écopé. Alex Chiasson et Curtis Lazar aussi. Condra, tout comme Jean-Gabriel Pageau, ne semble plus menacé de perdre son poste.

«Dave me fait confiance, croit Condra. Il aime les joueurs qui travaillent fort. Il récompense ceux qui font leur travail correctement. Nous avons des rôles différents, mais nous devons tous travailler de la même façon. Il n'a pas peur de laisser de côté les joueurs qui ne travaillent pas correctement.»

Donc, Cameron a donné un bon coup de pouce à Condra.

De l'aide de Greening

Colin Greening aussi.

Dans les premières semaines de la saison régulière, Condra et Greening étaient des compagnons d'infortune. Deux jeunes vétérans qui ne semblaient plus faire partie des plans de leur organisation. Deux gars qui devaient faire des heures supplémentaires de travail après les séances d'entraînement, sans trop savoir quand ils obtiendraient une chance de disputer leur prochain match.

«Dave (Cameron) me fait confiance. Il aime les joueurs qui travaillent fort. Il récompense ceux qui font leur travail correctement.»

Eric Condra

«On s'encourageait et on se soutenait. Colin a conservé une très bonne attitude tout au long de la saison. J'essayais de faire comme lui. J'essayais de me remettre en question, d'évaluer ce qui fonctionnait et ce qui fonctionnait moins bien. J'essayais de progresser.»

Greening, en fin de compte, n'a pas été capable de reprendre son poste. À Binghamton, vendredi soir, il a entrepris sa deuxième fin de semaine de la saison dans la Ligue américaine.

Condra, lui, se dit encouragé par ses performances dans les dernières semaines. Il lui arrive même d'espérer qu'un poste sera toujours disponible, pour lui, la saison prochaine à Ottawa.

«Je me verrais très bien ici l'an prochain, assure celui qui a marqué quatre buts en 36 parties cette saison. Nous formons une très jeune équipe. Toutes les équipes ont besoin de joueurs différents pour remplir différents rôles. J'ai vécu bien des choses dans les dernières années. Je me sens maintenant bien outillé pour aider les jeunes.»

Phillips se repose

Grosse soirée pour Chris Phillips, jeudi soir. Le défenseur a tellement vécu des émotions fortes en cette soirée où il a fracassé le record du plus grand nombre de matches joués avec les Sénateurs qu'il a obtenu congé d'entraînement vendredi. «Une journée pour subir des traitements», a dit Dave Cameron, avant d'ajouter que le vétéran ne sera pas dans la formation débutante, samedi soir, contre les Blue Jackets.

Cameron n'a pas identifié le défenseur qui remplacera Phillips. Mark Borowiecki et Patrick Wiercioch sont tous les deux disponibles. À l'attaque, Alex Chiasson serait prêt à reprendre sa place. Le Québécois, qui s'est blessé le 29 janvier dernier lors de la visite des Stars de Dallas, n'est cependant pas assuré de reprendre sa place dans la formation.

Un 100e match pour Ceci

On dirait que tous les défenseurs des Sénateurs - ou presque - ont quelque chose à célébrer cette semaine. Mardi, au New Jersey, Jared Cowen a disputé son 200e match en carrière. Jeudi, Chris Phillips a fracassé son record. Ce soir, Cody Ceci disputera sa 100e partie.

«C'est un peu fou quand on y pense. Le temps a passé tellement vite. J'ai parfois l'impression qu'on vient tout juste de me rappeler des ligues mineures», dit le jeune homme de 21 ans. Ceci est pourtant bien installé à Ottawa. Erik Karlsson et lui sont les deux seuls défenseurs qui ont pris part aux 50 premières parties de la saison régulière. Son plus beau souvenir jusqu'ici? «Mon premier but, sans doute. Je l'ai marqué en prolongation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer