Phillips est fier de dépasser Alfredsson

Le défenseur vétéran Chris Phillips... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le défenseur vétéran Chris Phillips

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un peu plus tard que prévu mais quand même, le grand jour est arrivé pour Chris Phillips.

Lors de la visite des Capitals de Washington jeudi soir au Centre Canadian Tire, le vétéran défenseur des Sénateurs revêtira son uniforme avec le numéro 4 pour la 1179e fois afin de prendre possession, seul, du record de longévité de la franchise qui appartenait à Daniel Alfredsson.

Laissé de côté à neuf occasions depuis l'arrivée de Dave Cameron à la barre de l'équipe au début décembre, Phillips aura l'occasion d'établir la nouvelle marque sous les yeux de sa mère Carol, qui est débarquée en ville en provenance de l'Alberta à l'invitation de sa belle-fille Erin.

«Je ne sais pas si elle a d'autres surprises dans sa manche pour moi», a lancé Phillips en riant, mercredi, au cours d'un long point de presse pour souligner l'occasion.

Le tout premier choix du repêchage de 1996 ne pensait jamais en arriver là lorsqu'il a disputé le tout premier match de sa carrière, le 1er octobre 1997 au Centre Bell de Montréal.

«C'est le genre d'événement qui te fait regarder en arrière et apprécier tous les souvenirs accumulés au fil de ta carrière jusqu'à maintenant, a-t-il noté. Je pense à ma première année, aux gars qui m'ont aidé beaucoup à ce moment. Shaun Van Allen m'a envoyé un texto hier, c'est un gars qui m'avait fait sentir le bienvenu dans ce vestiaire. C'était il y a un bout de temps... De mon premier match à Montréal, je me souviens de la sensation que je ressentais pendant l'hymne national, que j'étais vraiment rendu (dans la LNH), c'était réel. J'avais joué quelques parties hors-concours l'année précédente et cette année-là, mais être dans l'alignement pour un vrai match, c'était un beau moment et un excellent souvenir.»

L'arrière qui aura 37 ans en mars est content de battre cette marque de son coéquipier de longue date, Alfredsson, qui n'est pas encore entré en contact avec lui pour le féliciter de reléguer cette marque aux oubliettes.

«Ça veut dire beaucoup pour moi. Pour un joueur de mon style, je ne vais pas briser d'autres records que celui-là et c'est quelque chose qui me donne la chance, ainsi qu'à mes enfants et mes proches, de voir mon nom dans le livre des records, pour quelques années au moins avant qu'il ne soit surpassé à son tour. C'est une marque durable de ce que j'ai réussi à faire ici, jouer longtemps ici et disputer beaucoup de matches. J'en suis très fier», a-t-il dit.

Et ensuite ?

Phillips ne sait pas combien d'autres matches il pourra ajouter à son total d'ici à ce que l'heure de la retraite sonne pour lui. Il reste une autre année à son contrat, et il n'a manifesté aucune intention d'accrocher ses patins à la fin de la présente campagne, même s'il ne joue pas autant qu'il le souhaiterait.

«Mon message aux jeunes défenseurs de l'équipe, c'est que je ne suis pas prêt à leur laisser toute la place», a-t-il blagué.

«J'aurais préféré jouer (mardi au New Jersey) et être reconnu ensuite (au tableau indicateur)... Mais je suis content d'arriver à établir cette marque et le reste sera du crémage sur le gâteau. J'étais un choix de repêchage élevé, mais je n'ai jamais été une super-vedette. J'ai travaillé fort tous les jours pour me rendre jusque là et c'est possible pour n'importe quel joueur», a-t-il ajouté.

«C'est pas mal cool qu'il en soit rendu là, a noté son pensionnaire cette saison, le jeune Curtis Lazar. Il est ici depuis le premier jour et il est tout un professionnel, en plus de faire beaucoup dans la communauté. J'ai hâte de voir la réception qu'il va avoir (jeudi soir).»

À un mois de la date limite des transactions, Chris Phillips est confiant de poursuivre son séjour dans la capitale pour encore un bout de temps: «J'ai eu une discussion avec Bryan Murray il y a une couple de semaines pour discuter de l'avenir, où on s'en va. Tout peut changer et on va continuer de se parler, mais il ne se passe rien présentement», a dit celui qui a soumis une liste de 10 équipes auxquelles il ne peut pas être échangé en début de saison.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer