Les Sénateurs ne font qu'une bouchée des Coyotes

Les Sénateurs ont complété le mois de janvier... (Marc DesRosiers, USA TODAY Sports)

Agrandir

Les Sénateurs ont complété le mois de janvier avec une victoire de 7-2. Sur la photo, le but d'Erik Karlsson en troisième période aux dépends du jeune gardien Louis Domingue.

Marc DesRosiers, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un festival offensif. Sept buts marqués par les Sénateurs d'Ottawa. Vraiment pas le scénario qu'on attendait, samedi après-midi, au Centre Canadian Tire.

«Vraiment pas. Nous n'avons pas assez bien joué, dernièrement, pour penser que nous allions marquer sept match buts dans un match», reconnaît l'entraîneur-chef Dave Cameron, au terme d'un match où son équipe n'a fait qu'une bouchée des Coyotes de l'Arizona.

Les Sénateurs ont complété le mois de janvier avec une victoire de 7-2.

L'explosion a surtout pris Cameron par surprise parce que son équipe a connu un autre lent début de match. Après une période, c'était 1-1. Mike Hoffman avait marqué le premier but de son équipe à forces égales. Les Sénateurs avaient obtenu cinq supériorités numériques durant cet engagement. Ils avaient même obtenu une opportunité d'attaquer à cinq contre trois pendant 90 longues secondes. Ils avaient été incapables d'en profiter.

«Nous avons été pourris en avantage numérique. Il n'y a pas d'autres façons de l'expliquer. Je ne sais pas trop ce qui nous arrive. Nous avons un script bien établi. Nous regardons des vidéos pour nous inspirer. Nous travaillons correctement à l'entraînement. Quand le match débute, nous oublions tout. Nous improvisons», constate Cameron.

Les Sénateurs n'ont pas obtenu une seule supériorité numérique durant les 40 dernières minutes de la partie. Ça ne les a pas empêché de chasser l'olympien Mike Smith en le déjouant cinq fois sur 20 lancers.

Les Coyotes avaient rappelé l'ancien gardien des Remparts de Québec Louis Domingue de leur club école de Portland juste avant la rencontre. À son baptême de feu dans la LNH, le jeune homme de 22 ans a été déjoué deux fois sur 11 lancers.

«Au début de la deuxième période, je blaguais avec un des arbitres. Je lui disais que nous allions décliner la prochaine pénalité qu'ils allaient décerner aux Coyotes», confie Bobby Ryan.

«L'important, c'est la victoire. Pour ce qui est du jeu de puissance, nous pouvons toujours continuer à le perfectionner lors de notre prochaine séance d'entraînement lundi», enchaîne-t-il.

Ryan a inscrit le quatrième but de son équipe, samedi. Les sept buts des Sénateurs ont été marqués par des joueurs différents, en fait. Milan Michalek, Mark Stone, Jean-Gabriel Pageau, Erik Karlsson et Mika Zibanejad ont aussi touché la cible.

Marc Méthot, Ryan, David Legwand, Stone, Karlsson et Zibanejad ont connu des matches de plus d'un point.

Méthot a en fait atteint un nouveau sommet en carrière, en inscrivant trois mentions d'aide.

Le défenseur franco-ontarien s'est également signalé au deuxième engagement en envoyant l'ailier Lucas Lessio valser avec une mise en échec de la hanche. Le genre de coup qui lui a permis de gagner très rapidement en notoriété à ses débuts à Ottawa, en janvier 2013.

«Ce sont des mises en échec difficiles à compléter, argue-t-il. Les gars des autres équipes commencent à me connaître. Ils sont plus prudents quand ils me voient sur la glace», explique celui qui a été le deuxième joueur le plus utilisé par Cameron, après Karlsson.

Méthot a pourtant commencé le match d'une bien mauvaise façon. À sa toute première présence sur la glace, il a marqué un but dans son propre filet, en faisant dévier avec son gant un lancer de la pointe de Zbynek Michalek.

Robin Lehner, pour une rare fois, n'a vraiment eu rien à se reprocher. Il a effectué 35 arrêts pour signer sa première victoire en 2015.

Le deuxième but des Coyotes a été le fruit d'une autre déviation. Sam Gagner a fait changer la trajectoire de la rondelle devant son filet.

«Oui, cette victoire fait du bien, reconnaît le gardien suédois. J'ai travaillé fort avec Rick Wamsley pour corriger mes faiblesses techniques dernièrement. J'ai affronté beaucoup d'adversité dans les derniers mois.»

Par ailleurs, Chris Phillips a disputé samedi son 1178e match en carrière. Il a officiellement rejoint Daniel Alfredsson au sommet du palmarès des joueurs qui ont enfilé le chandail des Sénateurs le plus souvent.

Eric Gryba a été laissé de côté pour la première fois cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer