Un vent de changement souffle sur Colin Greening

Le patron des Sénateurs Bryan Murray tente de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le patron des Sénateurs Bryan Murray tente de se départir de Colin Greening.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Colin Greening n'est pas malheureux. Il est soulagé.

Sur le coup de midi, hier, l'ailier terre-neuvien s'est retrouvé au ballottage. Les 29 autres équipes de la LNH ont 24 heures pour le réclamer.

Bryan Murray essaie de l'échanger depuis le début de la saison. Il n'est pas très gourmand. Dans cette optique, il est peu probable que Greening trouve preneur.

Selon le bruit qui court, son prochain arrêt pourrait bien être Binghamton.

Après avoir passé une grosse demi-saison dans les limbes, le brillant joueur accueillerait très favorablement un retour dans la Ligue américaine.

«Si je dois aller à Binghamton, j'irai à Binghamton. Je n'ai pas trop suivi la saison des Senators, mais je présume que j'aurai la chance de jouer un rôle plus important là-bas qu'ici», a-t-il dit, hier.

«Tout ce que je veux, c'est jouer. Je veux vraiment que les gens comprennent ceci. J'ai eu des bonnes conversations avec Paul MacLean en début de saison. J'en ai eu d'autres avec Dave Cameron récemment. J'ai même discuté avec Bryan. Tous ces gens savent que je fais carrière dans le hockey parce que je veux jouer. Je demande juste une chance, peu importe où.»

À sa seule saison dans la Ligue américaine, en 2010-11, Greening a marqué 15 buts et inscrit 40 points en 59 rencontres.

En 20 matches dans la LNH, cette saison, il a inscrit un seul point - un but marqué dans un filet désert sans même décocher un seul tir.

Il va sans dire qu'il a besoin de changer d'air.

«Il n'y a pas de décisions faciles. Il n'y a qu'une façon de l'expliquer. Colin a besoin de jouer. Ma théorie sur le sujet est assez simple. Quand un joueur se comporte comme un professionnel au sein d'une organisation, les dirigeants de cette organisation doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour l'aider. Ils doivent continuer de l'aider même quand il ne fait plus partie des plans», explique Cameron.

Le départ de Greening libérera un poste dans la formation de 23 joueurs des Sénateurs. Ce poste pourrait être très rapidement comblé par le défenseur Mark Borowiecki, qui est de retour en santé.

Partager

À lire aussi

  • Chiasson en tenue de ville?<strong></strong>

    Sénateurs d'Ottawa

    Chiasson en tenue de ville?

    Jason Spezza sera au rendez-vous. Sa petite blessure au visage subie mardi soir à Montréal à la suite d'une mise en échec douteuse d'Alexeï Emeline... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer