Karlsson a retrouvé ses marques

Erik Karlsson.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Karlsson.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tout le monde a remarqué qu'Erik Karlsson a recommencé à jouer du gros hockey. Même les dirigeants de la LNH ont noté. Ils lui ont décerné la deuxième étoile pour la dernière semaine d'activités.

Durant cette semaine écourtée, le capitaine des Sénateurs a disputé deux parties. Durant ces deux parties, il a marqué trois buts. Ces trois buts ont permis à son équipe de récolter trois points sur une possibilité de quatre.

«Les honneurs individuels, c'est bien agréable. Il est quand même plus agréable de remporter des parties. Nous avons joué de bons matches dernièrement. C'est ce qui m'excite le plus ces temps-ci», réagit celui qui a inscrit 10 points à ses 11 dernières parties. Avec cette poussée, Karlsson occupait hier soir le sixième rang au palmarès des défenseurs les plus productifs de toute la LNH.

«Je me sens mieux, mais je crois que je connais plus de succès parce que l'équipe connaît plus de succès. Ce sont les succès collectifs qui entraînent des succès individuels. Je l'ai toujours dit», ajoute-t-il.

Un peu grâce à Méthot

Une partie du succès de Karlsson revient aussi à Marc Méthot. Le grand franco-ontarien a pris part aux sept dernières rencontres de son équipe. Mercredi dernier, contre les Maple Leafs de Toronto, il a passé près de 26 minutes sur la patinoire.

«Il est évident que j'aime bien jouer avec lui, dit Karlsson. Nous nous complétons tellement bien. Il patine très bien et il fait circuler la rondelle. Le plus important, c'est qu'il sait prendre les bonnes décisions. Il sait donc me mettre à l'aise. Ça me permet de mieux lire certaines situations.»

Méthot faisait cependant partie des trois joueurs - avec Mike Hoffman et Bobby Ryan - qui n'ont pas pris part à la séance d'entraînement d'hier.

Hoffman et Ryan, les deux représentants des Sénateurs au week-end des étoiles de la LNH, avaient obtenu congé pour se reposer. Ça se comprend.

Lorsque Méthot s'absente, on redoute toujours le pire. Dave Cameron assure toutefois qu'il n'a pas aggravé sa blessure au dos durant la pause.

«Il est malade. Un virus? Un empoisonnement alimentaire? Je l'ignore. Pour l'instant, je dirai que son état de santé sera évalué quotidiennement», indique l'entraîneur-chef.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer