Un moral en dents de scie, dit Karlsson

« J'ai parfois l'impression que nous avons passé... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

« J'ai parfois l'impression que nous avons passé la saison au grand complet sur la route », se lamente Erik Karlsson.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Erik Karlsson ne gaspille ni temps, ni salive quand on lui demande de dresser le bilan de la première moitié de la saison des Sénateurs d'Ottawa.

« Il y a eu des hauts et des bas », résume le jeune capitaine.

Avec 17 victoires, 17 défaites en temps réglementaire et huit autres revers en surtemps, on peut même conclure qu'il y a eu autant de hauts que de bas.

« Nous avons encore un peu de misère avec le concept de la constance, dit-il. Mais il reste

encore beaucoup de hockey à jouer. »

Karlsson a fait cette déclaration quelques heures avant le match de mardi, dans le vestiaire du club visiteur au American Airlines Center de Dallas. Quelques heures plus tard, les Sénateurs ont trouvé le moyen de connaître des hauts et des bas au cours de leur partie contre les Stars.

Grosse première période. Deuxième tiers catastrophique. Troisième engagement moyen. Résultat : un autre revers encaissé par un but.

Les Sénateurs sont rentrés de voyage avec une fiche de 1-2-1. Fiche décevante, quand on disait avant le départ que tous les adversaires étaient à leur portée durant ce périple. Encore plus décevant quand on pense que certains joueurs parlaient ouvertement, avant le départ, d'une séquence qui s'annonçait « déterminante » pour la saison 2014-15.

Le confort du foyer

Quand une séquence cruciale se termine, une autre débute.

Les Sénateurs disputeront 12 de leurs 15 prochaines parties à la maison. Cette séquence débute aujourd'hui. Le Canadien de Montréal effectuera sa première visite de la saison au Centre Canadian Tire.

En tout et partout, Karlsson et ses coéquipiers disputeront 24 de leurs 39 dernières parties chez eux.

Ils seront relativement chanceux. Ils n'accueilleront pas trop souvent des formations d'exception. Plus souvent qu'autrement, les clubs qui seront de passage à Kanata seront des équipes de milieu ou de queue de peloton.

« J'ai parfois l'impression que nous avons passé la saison au grand complet sur la route », se lamentait le Suédois mardi matin.

« Nous avons vraiment hâte de rentrer à la maison. J'ai l'impression que nous jouons un peu mieux chez nous. Nous aimons certainement jouer devant nos partisans. Nous allons pouvoir dormir dans nos propres lits plus régulièrement. Ça va peut-être nous donner la chance de recharger nos batteries. »

Certains joueurs affectionnent davantage leur domicile que d'autres. Bobby Ryan, par exemple, a inscrit 18 points en 16 matches locaux cette saison.

Karlsson, Ryan et les autres ont pu profiter du confort de leurs lits pendant quelques heures de plus, hier. Puisque les Sénateurs sont rentrés de voyage au beau milieu de la nuit, et ils ont obtenu congé d'entraînement, hier. Le prochain objectif des Sénateurs en sera un à court terme.

« J'ignore combien de matches nous avons à disputer d'ici la pause du Match des étoiles. Il faudra cependant s'assurer de bien vider nos réservoirs. Il ne faut rien économiser. Nous pourrons nous reposer comme il faut durant la pause. À notre retour, ce ne sera pas facile. Nous allons jouer beaucoup de hockey en très peu de temps » croit Karlsson.

« Nous n'avons peut-être pas gagné assez souvent à notre goût dernièrement, mais nous jouons du meilleur hockey. Nous faisons assez de bonnes choses pour gagner régulièrement. Il ne faut pas baisser les bras. Il faut continuer à bâtir. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer