Un voyage qui débute mal pour les Sens

Les Sénateurs ont permis aux Flyers d'aller chercher... (Associated Press)

Agrandir

Les Sénateurs ont permis aux Flyers d'aller chercher leur première victoire de la saison en tirs de barrage, mardi soir à Philadelphie.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Philadelphie) Faux départ pour les Sénateurs d'Ottawa.

L'équipe entreprenait mardi soir un voyage qui pourrait bien s'avérer déterminant pour sa saison.

> Réagissez dans le blogue de Sylvain St-Laurent

> Sommaire 

Quatre parties en huit jours contre quatre formations qui n'appartiennent pas exactement à l'élite de la Ligue nationale de hockey.

Dans le premier arrêt, au Wells Fargo Center, ils n'ont pas été capables d'aller chercher deux points au classement.

Ils ont permis aux Flyers de Philadelphie d'aller chercher leur première victoire de la saison en tirs de barrage.

Wayne Simmonds a marqué le but égalisateur en troisième période, puis le but décisif dans un gain de 2-1.

«Nous avons ramassé un point. Un point, c'est mieux que rien», croit l'auteur du seul but du club perdant, Mike Hoffman.

Les Sénateurs vivotent. Ils ont remporté à peu près la moitié de leurs matches depuis l'arrivée de leur nouvel entraîneur-chef Dave Cameron, le mois dernier.

Rien de bien excitant de leur côté.

Chez les Flyers, ça va encore plus mal. Leur coach, Craig Berube, a récemment reçu un vote de confiance de la part du directeur général Ron Hextall.

Les Bullies rentraient hier soir à la maison après avoir passé le temps des Fêtes sur la route. Durant une incroyablement longue séquence de huit parties dans des amphithéâtre étrangers, ils ont fait patate. Ils ont perdu les cinq dernières. Quatre de ces cinq revers ont été encaissés en temps réglementaire.

«Un point, à ce stade de la saison, ce n'est pas suffisant. Nous avons obtenu des chances en fin de match. Il aurait fallu marquer ce but qui nous aurait donné la victoire. Il nous fallait le deuxième point», commente Kyle Turris, un des quatre joueurs à se butter à Steve Mason durant la fusillade.

Jean-Gabriel Pageau jouait gros dans ce match.

On l'a rappelé de Binghamton à la mi-décembre parce que Curtis Lazar s'apprêtait à quitter pour prendre part au Championnat mondial junior. Eh bien, Lazar est de retour. Il a rejoint les Sénateurs à Philadelphie en début de soirée, mardi soir.

Dave Cameron a donné une soirée de répit à son joueur de 19 ans. Il avait joué deux grosses parties en deux jours et, parce qu'il a célébré comme il se doit la première médaille d'or canadienne au CMJ depuis 2009, il a dormi «environ deux heures» dans la nuit de lundi à hier.

Lazar devrait reprendre son poste demain soir quand les Sénateurs effectueront leur seule visite de la saison au Colorado. Y aura-t-il encore une place pour Pageau?

Il serait facile de l'écarter parce qu'il n'a presque pas produit. En neuf parties, il n'a pas marqué un seul but. Il a raté une superbe opportunité en milieu de troisième période, hier.

Il s'est quand même acquitté de ses responsabilités en défensive avec brio.

On lui a demandé de s'améliorer dans les cercles des mises en jeu. Il l'a fait. Hier soir, il est sorti vainqueur 16 fois sur 21.

Cameron a choisi de raccourcir son banc en fin de match. Le Québécois n'a pas fait partie des joueurs qui ont été cloués au banc. Il était même sur la patinoire à la fin de la période de prolongation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer