Pageau peut remercier Reeds

Jean-Gabriel Pageau.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Parce qu'il a tenu compagnie à Mark Borowiecki en attendant la venue du médecin, lundi, Jean-Gabriel Pageau a gagné de précieux points auprès de ses coéquipiers.

«Avant de partir, Boro m'a dit qu'il me devait une bière», raconte d'ailleurs le Gatinois.

Pageau pourrait bien choisir d'offrir à son tour une bière - ou n'importe quel autre breuvage - à l'entraîneur adjoint Mark Reeds.

Reeds s'occupe des attaquants, derrière le banc des Sénateurs, depuis le congédiement de Paul MacLean. Il a été le premier à constater que Pageau connaissait un match hors de l'ordinaire face aux Sabres. C'est lui qui a suggéré à Dave Cameron d'apporter des modifications à ses trios afin de lui accorder un plus grand rôle.

Bref, sans l'intervention de Reeds, Pageau n'aurait probablement jamais joué avec Bobby Ryan et Mike Hoffman. Il n'aurait peut-être pas récolté son premier point de la saison.

«Reeder, je lui dois beaucoup. Il m'a beaucoup aidé avec certains détails du jeu. On sait tous qu'à ce niveau, même les plus petits détails peuvent faire une grosse différence. Il me pousse constamment. Il a toujours un bon conseil à me donner. Il passe beaucoup de temps avec moi dans la salle de projection des vidéos. Il est un bon coach. Avec moi, en tous cas, il sait s'y prendre», indique le jeune centre qui demeure à la recherche de son premier but de la saison dans la LNH.

Pageau a disputé six matches depuis son rappel de Binghamton. S'il a livré sa meilleure performance lundi, il n'a certainement pas nui à son équipe lors des cinq rencontres précédentes.

Après la victoire contre les Sabres, durant sa conférence de presse, Cameron a reconnu que Pageau avait un poste à gagner chez les Sénateurs. «J'étais un peu nerveux quand les trios ont été modifiés hier. Les changements qui surviennent en plein coeur d'un match me rendent toujours un peu nerveux. Comme je ne savais pas à quoi m'attendre des deux autres, j'ai essayé de faire les choses simplement.»

«C'est tout ce que j'essaie de faire en ce moment. Je veux travailler fort et faire les choses simplement. C'est tout ce que je peux contrôler.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer