Greening marque... sans avoir besoin de tirer

Colin Greening .... (Archives Reuters)

Agrandir

Colin Greening .

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Droit

Un vrai de vrai cadeau de Noël, avec quelques jours de retard, pour Colin Greening.

L'ailier terre-neuvien, qui connaît le début de saison le plus frustrant de sa vie, a marqué son premier but de la saison alors qu'il restait moins de deux secondes à écouler à la partie d'hier soir.

Il n'a même pas eu besoin de pousser la rondelle dans le filet laissé désert par Jhonas Enroth. En fait, il n'a même pas eu besoin de le faire.

Il se dirigeait vers le filet quand un adversaire l'a fait trébucher par derrière. Dans les circonstances, le livre des règlements de la LNH est clair. On accorde un but automatique au porteur de la rondelle.

«Au fil du temps, l'histoire de ce but pourrait être déformée. Quand je la raconterai aux gens, dans une vingtaine d'années, je parlerai peut-être d'une traversée de la patinoire à l'emporte-pièce et d'un lancer parfait dans la lucarne», racontait avec bonne humeur, celui qui a été laissé de côté à 20 occasions dans les 36 premières parties de son équipe.

Même si son but n'était pas celui dont il aurait rêvé, Greening vit d'espoir.

«Des fois, il suffit d'un but, de n'importe quel but, pour faire débloquer les choses. J'espère qu'il annonce de belles choses pour moi. J'espère que je vais avoir la chance d'en marquer quelques autres.»

Greening a complété sa courte conversation avec les journalistes en faisant un souhait pour la nouvelle année qui est à nos portes. «Je ne vais pas m'apitoyer sur la difficile première moitié de saison que je viens de connaître. Je vais plutôt me tourner vers la deuxième moitié. Je vais essayer de penser aux bonnes choses qui pourraient m'arriver dorénavant.»

Après avoir «marqué» son but, Greening a complété sa soirée de travail en se chamaillant avec le robuste Cody McCormick. «Il a donné un coup salaud à Mika lors de la mise en jeu. Il fallait que j'intervienne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer