La séquence de victoire prend fin

Les Sénateurs d'Ottawa avaient signé sept victoires consécutives... (Photo Chris Humphreys, USA Today Sports)

Agrandir

Les Sénateurs d'Ottawa avaient signé sept victoires consécutives contre les Capitals de Washington. Tout ça, c'est du passé. À l'occasion de leur dernier match avant la pause de Noël, ils ont été battus 2-1.

Photo Chris Humphreys, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une longue séquence victorieuse a pris fin, hier soir.

Les Sénateurs d'Ottawa avaient signé sept victoires consécutives contre les Capitals de Washington. Ils n'avaient pas connu la défaite une seule fois au Verizon Center au cours des trois dernières années.

Tout ça, c'est du passé. À l'occasion de leur dernier match avant la pause de Noël, ils ont été battus 2-1.

Cette huitième victoire leur aurait permis de se retrouver en bien meilleure posture lors de leur congé de quatre jours. Avec une victoire en temps réglementaire, ils auraient pu se rapprocher à deux points de la dernière place qui donne accès aux séries.

Parce qu'ils ont essuyé un revers en temps réglementaire, ils se sont éloignés de leur but.

Ils ont perdu, donc, mais ils n'étaient pas trop déçus au moment de rentrer à la maison.

«Nous avons bien joué. Nous avons tout laissé sur la glace. Si nous jouons comme ça en deuxième moitié de saison, nous allons remporter la majorité de nos matches», croit l'entraîneur-chef des Sénateurs, Dave Cameron.

Pour expliquer les récents ennuis des Caps contre les Sénateurs, on peut jeter un coup d'oeil du côté de leur capitaine.

En début de carrière, Alexander Ovechkine avait le numéro des Sénateurs. Il a récolté 34 points à ses 26 premières parties en carrière contre les représentants de l'autre capitale.

Dernièrement, ses chiffres sont un peu moins reluisants. Il a pris part à cinq des sept matches consécutifs remportés par Ottawa. Dans ces cinq matches, il a été limité à deux points. Un petit but, une maigre mention d'aide. On le sent parfois frustré. Dans les cinq parties, il a décoché 19 tirs au but.

Ovie semblait bel et bien décidé à mettre un terme à sa disette hier soir. Dès le début du match, on l'a senti très impliqué.

Après deux périodes, il avait près du tiers des tirs au but - cinq sur 16 - de son équipe. Il avait décoché six tirs de plus, en fait. Trois avaient raté la cible. Trois autres ont été bloqués par des adversaires.

Craig Anderson a une fois de plus réussi à le tenir en échec.

Le gardien américain, qui avait été devant le filet des Sénateurs dans chacun des sept matches remportés par les Sénateurs, n'a toutefois pas été capable d'en faire autant avec tout le monde. Ovechkine se trouvait sur la patinoire, durant la quatrième supériorité numérique de la soirée des Caps, lorsque Nicklas Backstrom a inscrit le but de la victoire.

Jay Beagle a inscrit l'autre but du club vainqueur.

Le jeu de puissance des Sénateurs, de son côté, a été une fois de plus réduit au silence. Dans un match étonnamment robuste, il a obtenu quelques opportunités de faire des dégâts.

«Ce fut la différence. Le résultat aurait été différent si nous avions réussi à en marquer un en supériorité numérique», estime Anderson.

Le but des Sénateurs a été marqué à forces égales par Erik Condra. Eh oui. Un deuxième match en autant de parties pour le plombier. La dernière fois qu'il a connu une séquence de deux parties consécutives avec au moins un but, les Thrashers d'Atlanta faisaient encore partie de la LNH.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer