Encore un petit effort à fournir

Les Sénateurs ont encaissé un revers de 4-1,... (La Presse)

Agrandir

Les Sénateurs ont encaissé un revers de 4-1, samedi soir au Centre Bell. Revers qu'on peut mettre sur le compte de la fatigue, la troupe de Dave Dameron ayant disputé six matches en 10 jours.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(WASHINGTON) Le mot «fatigue» est revenu souvent dans les conversations des joueurs, ces derniers temps. Les Sénateurs d'Ottawa ont joué six parties en 10 jours dans cinq amphithéâtres différents. C'est taxant.

Dans quelques heures, la fatigue ne comptera plus. Au terme de son match contre les Capitals de Washington, ce soir, au Verizon Center, l'équipe se retrouvera en congé.

Pas d'entraînement ou de match à l'horaire mardi. Ni mercredi. Ni jeudi. Ni vendredi. C'est un des petits cadeaux que les joueurs ont reçu au moment de ratifier leur dernière convention collective. Leurs patrons, les propriétaires des équipes de la Ligue nationale de hockey, leur accorderont dorénavant un congé de Noël digne de ce nom.

«Pour que le moral reste bon durant le congé, il est important de terminer sur une note positive», a dit Bobby Ryan, hier.

L'ailier américain ne fait pas nécessairement partie des joueurs fatigués. Il joue même du bon hockey récemment, ayant récolté huit points à ses huit derniers matches.

Il joue cependant avec un doigt fracturé depuis trois semaines. Le congé lui fera du bien.

Son coéquipier Chris Phillips, en revanche, est éreinté. Il ne s'est pas plaint personnellement. C'est son entraîneur, Dave Cameron, qui a laissé entendre qu'il avait été trop utilisé dans la première portion du calendrier régulier.

«En tout cas, dans notre prochain match, pas besoin de se casser la tête. Pas besoin d'économiser de l'énergie. D'habitude, quand un joueur est fatigué, il doit porter une attention toute spéciale au système de jeu. Il doit jouer de façon intelligente, éviter de se faire prendre en dehors de sa position. Cette fois-ci, tout cela sera vrai. En même temps, il ne faudra pas avoir peur de tout laisser sur la patinoire.»

La fatigue a certainement joué un rôle dans le dernier match des Sénateurs, samedi soir, à Montréal. La fatigue, la frustration aussi. En fin de troisième période, alors qu'ils tiraient de l'arrière par un but contre le Canadien, ils ont écopé de quelques pénalités inutiles. Ils ont entre autres été surpris au pire moment pour avoir envoyé trop de joueurs dans la mêlée.

Les Montréalais en ont profité pour marquer deux buts qui leur ont permis de signer une victoire de 4-1.

«C'est décevant parce que nous avions la chance de gagner trois matches d'affilée. Ça n'est pas arrivé souvent jusqu'ici cette saison. En même temps, il ne faut pas trop rester accrochés. Durant la pause, nous allons pouvoir penser à tout plein de belles choses que nous avons fait jusqu'à maintenant. Il faudra surtout ne pas oublier que nous sommes encore dans la course. Nous sommes tout près du but», fait Ryan.

«Nous ne sommes pas si loin. Ça pourrait être pire, renchérit Phillips. Nous jouons mieux depuis quatre ou cinq parties. Ça va continuer de s'améliorer.»

Les Sénateurs n'ont pas encore eu la chance d'affronter les Capitals jusqu'ici cette saison. Ils n'ont donc pas eu l'occasion de mesurer l'impact de leur nouvel entraîneur-chef, Barry Trotz.

«J'espère qu'ils ne ressembleront pas trop aux Predators de Nashville. Les matches contre les Preds de Trotz étaient souvent ennuyeux», se souvient Ryan.

Ça ne devrait pas poser de problème. Les Caps présentaient hier la huitième meilleure moyenne de buts marqués par match dans la LNH. Dans leur dernier match, samedi, ils en ont marqué quatre contre les Devils du New Jersey.

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer