Lazar souhaite rester à Ottawa

Curtis Lazar.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Curtis Lazar.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le camp de sélection d'Équipe Canada Junior prendra son envol ce matin, au MasterCard Centre de Toronto. Curtis Lazar n'y sera pas.

On a un peu oublié tout ça dans le tumulte des derniers jours, mais la direction des Sénateurs a jonglé pendant un moment de prêter sa recrue de 19 ans au programme d'excellence de Hockey Canada pendant le temps des Fêtes.

La réflexion n'est d'ailleurs pas terminée. Lazar pourrait bien rejoindre l'équipe de Benoît Groulx dans une semaine ou deux, avant le début officiel du Championnat mondial.

Le nouvel entraîneur-chef Dave Cameron a offert son opinion sur le sujet durant sa conférence de presse d'hier.

«Je ne dirai qu'une chose à ce sujet. Ce tournoi peut offrir une meilleure expérience de vie à certains joueurs.»

Cameron doit savoir de quoi il parle. Il a lui-même dirigé l'équipe nationale junior il y a quatre ans. À Buffalo, en grande finale, son équipe a échappé une avance de trois buts pour finalement s'incliner 5-3 devant la Russie.

Il ne veut pas se prononcer dans le cas précis qui intéresse les partisans des Sénateurs parce que la décision finale appartient à Bryan Murray.

Murray a pour sa part indiqué qu'il consultera Lazar avant de trancher. 

Lazar veut jouer à Ottawa. Nulle part ailleurs.

«Le Championnat mondial junior, ça pourrait être cool. En même temps, j'ai l'impression que ma place est ici. Je veux aider les Sénateurs à traverser cette mauvaise passe. Je ne veux pas avoir l'impression de laisser tomber mes coéquipiers. Je suis un membre à part entière des Sénateurs d'Ottawa. Je veux jouer ici. Je veux jouer un grand rôle ici», insiste-t-il.

Lazar n'a pas volé sa place au sein du groupe des 12 attaquants de Paul MacLean en octobre. Depuis, il a connu des bons et des moins bons matches.

Il a dirigé un des trios les plus productifs de l'équipe pendant un court moment, mais ce trio a depuis été démantelé. Ses deux ailiers - Mike Hoffman et Mark Stone - ont été affectés ailleurs, au sein du top 6 à l'attaque.

Lazar demeure, tout seul, dans le quatrième trio. Il attend toujours de marquer son premier but dans la LNH. Ça commence à peser.Il demeure optimiste. «Je vais en marquer un bientôt. Quand le premier sera marqué, ça viendra plus facilement», croit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer