Méthot n'a pas la tête aux contrats

Marc Méthot laisse à son agent Larry Kelly... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Marc Méthot laisse à son agent Larry Kelly le soin de négocier le renouvellement de son contrat.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant qu'il était au rancart en raison de sa blessure au dos, le dossier de la négociation d'un nouveau contrat pour Marc Méthot s'est retrouvé au bas de la pile sur le bureau du directeur général des Sénateurs Bryan Murray, qui fêtait vendredi son 72e anniversaire de naissance.

Alors qu'il a effectué son retour au jeu attendu depuis longtemps jeudi soir, il faut maintenant s'attendre à ce que les négociations avec l'agent du défenseur franco-ontarien, Larry Kelly, reprennent incessamment, lui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation à la fin de la présente campagne.

Trop heureux de renouer avec l'action après une absence de 24 parties, en plus du camp d'entraînement, Méthot ne voulait pas trop aborder ce sujet vendredi lorsque questionné par LeDroit.

«Mon focus n'est pas sur le contrat. Ce n'est pas quelque chose que je peux contrôler de toute façon, je veux juste revenir en bonne santé et recommencer à jouer comme je l'ai fait l'an passé et l'année d'avant pour cette équipe.

«Quand je vais me sentir bien sur la glace, on pourra recommencer à parler de ça. Mais pour tout de suite, je dois me concentrer sur mon corps, c'est tout ce que je peux contrôler», a-t-il confié après l'entraînement des siens.

Aux dernières nouvelles en octobre, les deux clans étaient assez éloignés au niveau de l'offre et de la demande, Kelly souhaitant à l'origine un contrat similaire à celui signé par Brooks Orpyk à Washington l'été dernier (cinq ans, 27,5 M $, moyenne de 5,5 M $/an) pour son client, tandis que les Sénateurs étaient prêts à lui consentir un salaire annuel de 4,7 M $ par saison sur un pacte à long terme. Une ligne dans le sable aurait été tracée à un salaire annuel de 5 M $ par le clan Méthot.

L'arrière à caractère défensif de 29 ans écoule présentement la dernière année d'un pacte de quatre ans pour 12 millions $ signé du temps où il était avec les Blue Jackets de Columbus, qui l'ont envoyé au club de son patelin en retour de Nick Foligno à l'été 2012.

À son retour jeudi, Méthot a été solide en un peu plus de 17 minutes de temps de glace, bloquant notamment deux tirs et distribuant deux mises en échec. Il n'a été sur la glace pour aucun des buts des Islanders dans le revers de 2-1.

À son retour à l'entraînement vendredi, il disait se sentir un peu fatigué, mais rien pour l'empêcher de jouer à Pittsburgh samedi.

«Je me sentais bien lors de la pratique, un peu fatigué, mais c'est une fatigue normale au lendemain d'un premier match en sept mois. Je vais travailler pour me débarrasser de la rouille et ça devrait bien aller. Je ressens un peu de raideur (au dos), mais ce n'est rien d'anormal après avoir subi une blessure sérieuse», a indiqué Méthot.

Celui-ci ne peut pas en dire trop long sur la nature exacte de la blessure, histoire de respecter les politiques du club à ce sujet, mais il n'a pas caché que celle-ci était reliée aux malaises ressentis quand il s'est rapporté à l'équipe nationale du Canada en mai dernier pour le championnat du monde de Minsk, au Bélarus. Il était alors rentré au pays sans même chausser les patins pour un entraînement outre-mer.

Son retour au jeu a été apprécié notamment par le gardien Craig Anderson. «Marc garde les choses simples et pour un gardien, sa présence est rassurante, car son jeu est très facile à lire», a-t-il indiqué vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer