Occasion ratée pour les Sénateurs

Les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas été capables d'offrir... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas été capables d'offrir une dernière victoire au nouveau retraité Daniel Alfredsson. Au terme d'un match qui ne passera vraiment pas à l'histoire, ils ont encaissé un revers de 2-1.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On avait demandé aux partisans d'arriver 30 minutes avant le début de la partie pour ne rien manquer de la fête. On avait omis de leur dire qu'ils pourraient repartir immédiatement après la mise en jeu protocolaire. La fête a plus ou moins pris fin à ce moment-là.

Les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas été capables d'offrir une dernière victoire au nouveau retraité Daniel Alfredsson. Au terme d'un match qui ne passera vraiment pas à l'histoire, ils ont encaissé un revers de 2-1. Un deuxième revers consécutif contre les Islanders de New York. Un 10e revers à leurs 13 derniers matches.

«Décevant. Une belle soirée. On se sentait choyés d'y participer. C'est dommage de ne pas avoir pu compléter le travail», a résumé Mika Zibanejad, le seul joueur à déjouer Jaroslav Halak durant cette soirée.

Le Slovaque a signé une 11e victoire consécutive. Il s'agit d'un nouveau record d'équipe.

À la fin de la soirée, il était le seul à vraiment célébrer.

Pourtant, la direction des Sénateurs a trouvé une belle façon de rendre hommage au plus grand joueur de leur histoire. Tous leurs joueurs, tous leurs dirigeants et plusieurs de leurs employés de bureau étaient présents, en matinée, pour assister à une conférence de presse dans laquelle il a prononcé son discours d'adieu.

En soirée, vers 19 h, les gradins du Centre Canadian Tire étaient presque remplis lorsque la période d'échauffement a débuté.

Le clou de la soirée: les anciens coéquipiers d'Alfredsson lui ont fait une haie d'honneur pour l'accueillir comme il se doit sur la patinoire.

Deuxième clou: avant de rentrer au vestiaire, l'équipe au grand complet a organisé une dernière partie de «keepaway», le jeu de contrôle de la rondelle qui occupait Alfie durant presque tous les moments libres à l'entraînement.

On a su en fin de soirée que 20 511 spectateurs étaient présents au CTC. Il s'agit de la plus grosse foule de la saison. Les deux derniers chiffres, c'est clairement une coïncidence...

«Ce que je retiens? Une belle journée pour Alfie. Une mauvaise soirée pour nous», dit Paul MacLean.

Il aurait sans doute fallu que le nouveau retraité reste sur le banc pendant le match pour que son ancien club garde de l'énergie.

Une fois la cérémonie terminée, le match a débuté et les Sénateurs ont eu l'air d'une formation qui rentrait à la maison après avoir passé 10 longues journées sur la route. Un club sans jambes, sans vie.

Ils ont été chanceux pendant un temps. Comme le match avait débuté près de 25 minutes après l'heure prévue, les Islanders n'étaient pas plus allumés qu'eux.

L'équipe par excellence du mois de novembre dans la LNH a quand même tôt fait de retrouver ses esprits. Ils ont dominé la deuxième période 13-5 au chapitre des tirs au but. Ce fut la période de Craig Anderson. Encore. Le gardien de but numéro un des Sénateurs ne gagne pas aussi souvent qu'il voudrait dernièrement. Il demeure, néanmoins, le meilleur joueur de son équipe en cette première moitié de saison.

Brock Nelson a inscrit le premier but du match. Casey Cizikas a marqué le but de la victoire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer