Ryan n'a pas la main heureuse

Bobby Ryan s'est blessé à une main, samedi,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Bobby Ryan s'est blessé à une main, samedi, dans la défaite contre le Lightning de Tampa Bay.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TAMPA) Triste constat de Clarke MacArthur au terme du match de samedi, que les Sénateurs d'Ottawa ont perdu 4-1 face au Lightning de Tampa Bay.

«Notre attaque, c'est la panne sèche», a-t-il avoué.

Relancer l'attaque pourrait s'avérer compliqué. Au Amalie Arena, les Sénateurs ont été privés de leur attaquant le mieux rémunéré. Bobby Ryan s'est infligé une blessure à une main.

«Tout porte à croire qu'il s'est fracturé un doigt», soupire Paul MacLean.

Ryan n'a pas encore eu la chance de s'expliquer. Ça devrait se faire aujourd'hui.

On dit qu'il a reçu un coup de bâton sur l'annulaire de la main droite, durant la deuxième période du match de vendredi soir, contre les Panthers de la Floride.

«Il est difficile de dire combien de temps durera son absence. Il faudra attendre que l'enflure diminue avant d'en avoir le coeur net», explique l'entraîneur-chef.

MacLean essaie d'entretenir des pensées positives. Ryan pourrait, selon lui, jouer avec son doigt cassé. Il a démontré, en jouant blessé pendant une bonne partie de la saison dernière, qu'il est capable de composer avec la douleur.

L'entraîneur a même l'air de croire que son joueur pourrait être dans la formation, demain soir, lorsque les Sénateurs compléteront leur long voyage en rendant visite aux Islanders de New York.

Une longue absence?

Si jamais il abdique, cependant, son absence pourrait être longue.

Le défenseur numéro un du Lightning, Victor Hedman, a subi une fracture à un doigt au tout début de la saison. Il est revenu au jeu samedi, après avoir manqué 18 parties consécutives.

«Perdre Bobby à long terme serait un dur coup à encaisser. Il est un de nos meilleurs joueurs. Quand il est sur la glace, il enlève beaucoup de pression aux autres. Nous avons besoin de lui dans notre alignement», a rappelé le capitaine Erik Karlsson ce week-end.

Si Ryan devait s'absenter aussi longtemps que Hedman, on ne le reverrait pas sur la patinoire avant la deuxième moitié de la saison.

Advenant un tel scénario, les Sénateurs n'auront pas le choix de chercher des solutions ailleurs.

MacLean a salué le travail accompli par Mika Zibanejad, samedi. Après avoir passé deux parties consécutives dans les gradins, le jeune centre suédois a été «un des meilleurs joueurs de notre équipe».

«Je peux au moins dire qu'il a été notre meilleur attaquant. Quand je l'ai envoyé sur la patinoire, il n'a pas eu peur de s'imposer. Il a dicté l'allure de la rencontre. En plus, histoire de lui donner un défi supplémentaire, je l'ai souvent utilisé contre le meilleur trio adverse. Il s'est plutôt bien débrouillé contre le joueur qui porte le numéro91.»

MacLean n'adhère pas à la théorie de la panne sèche. Pas du tout, même.

«Nous avons marqué un seul but samedi. Il est donc facile de tirer cette conclusion. J'ai pourtant l'impression que nous avons obtenu plusieurs bonnes chances de marquer. Nous avons eu des joueurs tout seuls devant le filet adverse deux fois, sinon trois. Je me souviens d'une descente à deux contre un où notre joueur a choisi de ne pas lancer. Nous avons eu au moins deux autres descentes en surnombre que nous avons bousillé. Nous n'avons pas marqué. Je commencerai à m'inquiéter de notre faible production quand nous n'obtiendrons plus de chances de marquer. Nous en avons eu des chances, et suffisamment, pour espérer la victoire samedi.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer