Après la colère, Chris Phillips appelle au calme

Chris Phillips.... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Chris Phillips.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TAMPA) Les Sénateurs ont remporté seulement trois de leurs 11 dernières parties. À force de perdre, ils reculent. Ils se sont réveillés dimanche matin à trois points d'une place en séries.

Il paraît qu'il ne faut pas paniquer. C'est le bon vétéran Chris Phillips qui a lancé le plus récent appel au calme.

«Nous n'avons pas gagné notre dernier match, mais l'effort était là», a déclaré le défenseur de 36 ans tard samedi soir.

L'effort, ça ne donne pas de points au classement...

«Ce qu'il faut retenir, c'est que le groupe de joueurs qui compose cette équipe a du coeur au entre. Les gars veulent faire partie de la solution. Nous savons tous que personne d'autre ne va régler nos problèmes. Les autres équipes ne vont certainement pas nous rendre la vie facile. Ce sont les défis comme ceux qu'on rencontre en ce moment qui font grandir une équipe.»

Phillips semblait très en colère, vendredi soir, après le revers contre les Panthers de la Floride.

Samedi matin, durant la séance de patinage d'avant-match au Amalie Arena, il semblait toujours grognon.

Ambiance lourde

«Je ne le cacherai pas, j'étais déçu. L'ambiance était plutôt lourde et sombre durant le voyage entre Sunrise et Tampa. Ce n'était pas tellement plus joyeux quand nous sommes retournés à l'aréna en matinée. Mais c'est ça, la beauté de notre sport. Il y a beaucoup de matches à jouer. On peut donc vite retrouver nos esprits. Je vous le répète, nous n'avons pas gagné contre le Lightning, mais l'effort était au rendez-vous. Nous n'avons pas gagné, entre autres, parce que nous avons affronté une des bonnes équipes de la LNH. Il ne faudrait surtout pas oublier le fait qu'il y a des bons joueurs de l'autre bord aussi. On peut construire sur notre dernier match.»

Samedi, tel que prévu, David Legwand est devenu le 294e joueur de l'histoire à disputer 1000 parties dans la LNH. Pour souligner l'événement, il a été le seul joueur de son équipe à déjouer Ben Bishop. Il a ainsi mis un terme à une séquence de 17 parties sans marquer.

«Une autre des raisons qui font que le Lightning a eu le dessus sur nous, complète Phillips. Nous avons souvent eu l'occasion d'affronter Bish depuis son départ. Il a toujours été très bon.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer