Matches en après-midi: les Sénateurs ajusteront leur routine

«On va dire aux gars de ne pas... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

«On va dire aux gars de ne pas se lever à 13 h», suggère l'entraîneur-chef des Sénateurs Paul MacLean.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors qu'ils connaissent un bon début de saison, les Sénateurs d'Ottawa vont maintenant devoir s'attaquer à un vieil ennemi: la malédiction des parties présentées en après-midi.

La saison dernière, les hommes de Paul MacLean ont présenté une fiche de 4-12-2 lors des rencontres disputées avant que le soleil se couche, une statistique qui est évidemment revenue sur le tapis à la veille de leur premier match dans ces conditions cette saison, samedi, alors que les Blues de St. Louis seront les visiteurs à 15 h au Centre Canadian Tire.

«Il fallait que vous en parliez», a blagué l'entraîneur-chef lors de son point de presse d'après-pratique.

Repartir à neuf

«C'est une nouvelle année, on repart à neuf et on s'attend à être très compétitifs contre un adversaire redoutable. Ça va forcer notre formation à donner le meilleur d'elle-même... Les Blues sont comme un bolide de NASCAR, ils travaillent fort, ils vous frappent à chaque occasion et ils sont prêts à échanger de la peinture. Il est difficile de jouer contre eux», a dit MacLean à ce sujet.

«On va dire aux gars de ne pas se lever à 13 h, d'ajuster leur routine afin d'être prêts», a-t-il ajouté.

Deux des cinq défaites en temps réglementaire des Sénateurs cette saison sont survenues alors qu'ils n'ont pas eu de pratique matinale quelques heures avant le match, soit le 1er novembre à Boston (revers de 4-2) alors que le dalaï-lama donnait une conférence au TD Garden, et le 9 novembre contre Toronto (défaite de 5-3) quand les deux clubs sont allés se recueillir au Monument des anciens combattants en matinée.

«Je ne sais pas pourquoi on en arrache avec ces parties en après-midi, peut-être que c'est parce qu'on n'a pas de pratique matinale. C'est notre première cette saison et nous allons essayer de briser cette tendance», soulignait vendredi le défenseur Cody Ceci, qui avait marqué son premier but en carrière contre les Blues le 16 décembre de l'an dernier lors d'un gain de 3-2 en prolongation («un but que je n'oublierai jamais», a-t-il dit).

«Ça, c'était l'an passé alors qu'on n'a pas eu une très bonne saison. À date, ça va assez bien, donc on ne peut pas se fier sur ce qui est arrivé l'an dernier. On ne sait pas ce qui va arriver, on affronte une très bonne équipe. Tout ce que je sais, c'est que je vais prendre un bon déjeuner (samedi matin)», a lancé le capitaine Erik Karlsson.

«C'est une nouvelle année, un nouveau départ. On doit garder les images de l'an passé loin de notre esprit et juste s'assurer d'être prêts à jouer dès le départ. Les deux équipes sont dans le même bateau», a souligné le vétéran gardien Craig Anderson.

Pour un deuxième match consécutif, ce dernier regardera le match du bout du banc alors que MacLean a décidé de revenir avec Robin Lehner devant le filet, probablement pour affronter l'ancien Sénateur Brian Elliott. Le gardien suédois a remporté ses deux départs contre St. Louis l'an passé, 3-2 en prolongation et 5-4 en tirs de barrage. C'était son premier gain en fusillade et il avait fait face à un barrage de 50 lancers dans ce gain.

«Il a bien fait par le passé (contre les Blues) et c'est une considération, mais le plus important, c'est ce qu'il a fait lors du dernier match. Robin a été un de nos meilleurs joueurs dans la victoire contre Nashville, il a été un gros facteur dans ce gain et il mérite une autre chance de se faire valoir», a expliqué MacLean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer