Au tour de Zibanejad de se sacrifier

Mika Zibanejad s'est entraîné hier à la gauche... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Mika Zibanejad s'est entraîné hier à la gauche de David Legwand et de Bobby Ryan.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un dossier dont on parle peu depuis le début de la saison. Pourtant, on a la nette impression que c'est un véritable casse-tête pour Paul MacLean.

Il manque, essentiellement, un ailier gauche à la formation des Sénateurs d'Ottawa. L'entraîneur-chef a effectué quelques expériences dans les 17 premières parties de la saison. Elles n'ont pas été très concluantes.

On se souviendra, par exemple, que Bobby Ryan a été le premier à se «sacrifier». Sa présence à gauche pourrait expliquer, en partie, son lent départ à l'attaque.

Zack Smith a été muté à l'aile après Ryan. Dans son cas, ce fut carrément catastrophique. Dans les 13 derniers matches, il a récolté un seul point. Il s'est fait très peu remarquer.

Le match numéro18 sera présenté ce soir. Le défi sera imposant. Quarante-huitheures après avoir massacré les Maple Leafs de Toronto 9-2, les Predators de Nashville seront de passage au Centre Canadian Tire.

Si rien ne change d'ici ce soir, Mika Zibanejad sera utilisé à l'aile pour cette rencontre.

«À l'aile, Zack n'est visiblement pas aussi à l'aise qu'au centre. Pour lui permettre d'évoluer au centre, un autre joueur doit lui céder sa place. Mika était le prochain candidat, puisqu'il a souvent été muté à cette position dans les dernières années», résumait MacLean, hier midi, à l'occasion de sa première conférence de presse de la semaine.

L'entraîneur-chef n'en fait pas d'ulcères. Son équipe gagne plus souvent qu'elle ne perd. Elle possède toujours un des huit laissez-passer pour les séries éliminatoires dans l'Association Est.

«Je ne dirais pas que la recherche d'un ailier capable de jouer à gauche constitue un problème. Colin Greening est un ailier gauche naturel. Je pourrais facilement l'insérer à cette position si c'était mon désir. Pour l'instant, je me contente d'habiller les meilleurs joueurs qui sont à ma disposition. Je leur donne des chances de réussir à différents endroits. Vraiment, il n'y a pas de problèmes. Je suis patient. Éventuellement, quelque chose va fonctionner.»

Hier, Smith semblait heureux de quitter le purgatoire. «Parfois, pour aider l'équipe, il faut être prêt à quitter sa zone de confort», plaide-t-il.

«Je n'ai pas souvent eu la chance de jouer à l'aile depuis le début de ma carrière.

Des fois, le changement peut entraîner de bonnes choses, mais il faut investir du temps avant de voir les résultats.»

Saisir l'occasion

Zibanejad, de son côté, essaie de voir le bon côté des choses. Il a marqué seulement deux buts jusqu'ici cette saison. Il n'a pas été plus efficace que Smith dans les dernières rencontres.

«On me demande constamment de lancer plus régulièrement. J'aurai peut-être la chance de le faire plus souvent en évoluant à l'aile», espère-t-il.

Zibanejad s'est entraîné hier avec David Legwand et Ryan.

Smith, lui, a patiné principalement entre Milan Michalek et Chris Neil.

«Je ne devrais plus avoir trop de mal à faire la transition vers une nouvelle position. J'ai passé la dernière année à faire la navette. Jouer à l'aile, ça ne me dérange plus. J'ai même un peu hâte de me retrouver dans cette situation», dit le jeune Suédois.

«Je sais que les gens s'attardent beaucoup à ma production à l'attaque. Il est évident que j'aimerais contribuer davantage aux succès de l'équipe. J'essaie de conserver une attitude positive, même si c'est difficile», ajoute-t-il.

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer