Qui est-ce que les Sénateurs vont larguer?

Erik Condra.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Erik Condra.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'il fallait que Marc Méthot revienne au jeu dans les prochains jours, les Sénateurs auront un gros problème à régler.

Le gros défenseur franco-ontarien deviendra le 24e joueur des Sénateurs. Or, selon les règlements de la LNH, les équipes ne peuvent pas aligner plus de 23 joueurs durant la saison régulière.

Quelqu'un devra partir.

«On traversera le pont quand on sera rendus à la rivière», a répété Pierre Dorion lors de sa rencontre avec les journalistes, hier.

On serait portés à croire que, si les Sénateurs devaient absolument larguer un joueur prochainement, la victime serait un attaquant. Erik Condra a passé 11 matches sur la galerie de la presse depuis le début de la saison. Colin Greening a encore moins joué que lui.

Dorion dit qu'il est prêt à vivre avec 14 attaquants jusqu'à la fin du mois de juin. Il dit que la compétition à l'interne n'apporte que de bonnes choses.

Les joueurs ne voient peut-être pas la chose du même oeil.

Le pauvre Greening garde la tête haute. «C'est une situation complètement nouvelle pour moi. J'ai déjà été laissé de côté par un entraîneur dans le passé, mais ça n'a jamais été aussi long», constate-t-il.

L'ailier terre-neuvien a été utilisé dans deux matches consécutifs, les 8 et 9 novembre. Il s'était bien débrouillé. En passant moins de 28 minutes sur la patinoire, il a trouvé le moyen d'obtenir huit lancers au but. Il avait complété plusieurs bonnes mises en échec.

«Mais notre équipe a perdu ces deux parties. Quand on perd, il faut s'attendre à ce qu'il y ait des changements», commente-t-il, fataliste.

«En plus, dans ces deux parties, je remplaçais Alex Chiasson, qui était blessé. Alex connaît un bon début de saison. Tout le monde savait qu'il récupérerait son poste dès qu'il serait capable de jouer.»

Greening a le droit de penser qu'il mérite de jouer. Les défaites du 8 et du 9 novembre n'étaient pas de sa faute.

Il a prouvé, durant ces deux soirées, qu'il était un joueur de la LNH.

«Je me définis comme un joueur d'énergie, un gars capable de briller dans les deux sens de la patinoire. Des gens croient que je devrais marquer plus de buts. Je ne mesurerai jamais mon importance dans une équipe en hockey en comptant le nombre de buts que je vais marquer.

«Je suis un joueur polyvalent qui peut aider n'importe quel trio.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer