Paul a de quoi rassurer les partisans

Nick Paul.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Nick Paul.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alex Chiasson connaît un bon petit début de saison. Puisqu'il se dirige vers une campagne d'une cinquantaine de points, il rassure les partisans qui craignaient que les Sénateurs d'Ottawa n'avaient «rien obtenu de bon» dans la transaction Jason Spezza.

Ceux qui s'en font encore à ce sujet pourraient jeter un coup d'oeil aux statistiques de la LHOntario. Le classement des meilleurs buteurs, en particulier, leur réserve une agréable surprise.

Pour obtenir Spezza, les Stars de Dallas ont également cédé aux Sénateurs un centre de 19 ans, Nick Paul.

Après avoir disputé 16 parties avec le Battalion de North Bay, le jeune Paul dont il est question totalise 14 buts. Dans toute la ligue, seulement deux joueurs ont marqué plus souvent. Il y a le phénomène Connor McDavid, et l'ailier droit de McDavid!

Quand LeDroit l'a contacté, plus tôt cette semaine, Paul se reposait. Il emmagasinait des forces en prévision d'une séquence folle de quatre parties en quatre jours qui débutera demain.

Série Subway

La séquence débutera à Peterborough. Il fera partie de l'équipe d'étoiles ontariennes qui se frottera aux Russes dans le cadre de la Super Série Subway. Le Battalion a trois parties au programme vendredi, samedi et dimanche. Deux matches à domicile et une partie sur la route.

Paul ne recule pas devant le travail. Il a surtout hâte de jouer devant Benoît Groulx et devant les autres dirigeants d'Équipe Canada Junior dans la Super Série.

«Une invitation au Championnat mondial junior constituait mon objectif numéro un quand j'ai entrepris la saison. Lors de chacun de mes matches, ça occupe mes pensées. J'y pense même durant mes séances d'entraînement. Chaque jour, je vais sur la glace avec l'intention d'attirer l'attention. Quand je fais le bilan de ce que j'ai accompli jusqu'ici cette saison, j'ai l'impression qu'il serait impossible de ne pas m'avoir remarqué», a-t-il indiqué.

Tout au long de notre conversation, un truc est apparu clair. Le jeune Paul a très, très confiance en ses moyens.

Le directeur général associé des Sénateurs, Randy Lee, estime qu'il a raison de l'être.

«Je l'ai vu jouer pas plus tard que vendredi dernier à Kingston. Son coup de patin s'est vraiment beaucoup amélioré. Son sens du jeu n'a jamais été un défaut. Plus souvent qu'autrement, il se retrouve au bon endroit sur la patinoire. L'atout qui le rendra le plus attrayant pour les dirigeants d'Équipe Canada, c'est le fait qu'il se comporte comme un gros joueur. Les gros joueurs ne savent pas tous utiliser leurs épaules. Nick marque beaucoup de buts, mais il marque rarement des beaux buts. Il marque souvent parce qu'il accepte de fréquenter les endroits où peu de joueurs aiment aller», raconte-t-il.

«Après le match, nous avons discuté pendant un bon moment. Je lui ai demandé de s'auto-évaluer et il a offert des commentaires très pertinents. C'est encourageant pour l'avenir. Ça peut vous paraître banal, mais tous les joueurs n'ont pas cette capacité d'évaluer leurs propres performances.»

Dans notre conversation avec Paul, il n'a pas vraiment été question de l'avenir. Enfin, pas de l'avenir à très long terme. Au plus, il s'autorise à penser à la fin de sa saison avec North Bay.

«L'an dernier, nous avons perdu en finale. Cette année, nous avons l'équipe pour se rendre jusqu'à la coupe Memorial», dit-il.

«Et je serai heureux d'être le joueur qui traînera l'équipe sur ses épaules.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer