Quand le sport passe au second plan

Avant le match de dimanche, Erik Karlsson a... (André Ringuette, OSHC)

Agrandir

Avant le match de dimanche, Erik Karlsson a déposé une gerbe de fleurs devant le Monument commémoratif de guerre du Canada.

André Ringuette, OSHC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On voit rarement ça. Pourtant, c'est arrivé hier. Des joueurs des Sénateurs et des Maple Leafs ont été vus en train de fraterniser. Dans un endroit public très fréquenté. En plein jour à part ça.

Les hockeyeurs des deux clubs ennemis de l'Ontario se sont retrouvés au Monument commémoratif de guerre du Canada, hier midi. On sait que les capitaines des deux équipes, Erik Karlsson et Dion Phaneuf, ont déposé des gerbes de fleurs sur la Tombe du Soldat inconnu. C'est à peu près le seul détail qui a été rendu public.

Les deux équipes ont organisé cet événement ensemble, dans le plus grand secret. Ils ont choisi de ne pas inviter les représentants des médias.

«Ce fut un événement solennel. Un événement organisé dans le plus grand respect», insiste l'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean.

Il était question, bien entendu, de rendre hommage au caporal Nathan Cirillo, qui a été froidement assassiné alors qu'il montait la garde devant le cénotaphe, le 22 octobre dernier.

Ce jour-là, les Sénateurs et les Leafs devaient s'affronter au Centre Canadian Tire. Le match a bien entendu été remis à une date ultérieure.

Les membres de l'organisation torontoise ont quand même été impliqués dans l'événement. Bien malgré eux. Ils étaient coincés au Westin, un hôtel du centre-ville situé à quelques dizaines de mètres de la fusillade.

«Participer à cette cérémonie nous a rappelé de douloureux souvenirs, confie l'entraîneur-chef des Leafs, Randy Carlyle. Ce sont des événements poignants. Il peut être difficile de contrôler nos émotions quand nous sommes confrontés à des événements aussi tragiques.»

Paul MacLean, fils de militaire, jugeait important de rendre hommage aux membres des Forces armées canadiennes à l'approche du jour du Souvenir.

«Pour une jeune équipe comme la nôtre, c'est encore plus important», croit-il. Même chose pour son ancien coéquipier Carlyle. «Les militaires canadiens défendent notre pays. Nous leur devons notre liberté», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer